AFRIQUE/RD CONGO - Pour la Commission Justice et Paix de l’Archidiocèse de Bukavu, « la faim d’argent nous tue actuellement »

lundi, 11 avril 2016 violence  

Kinshasa (Agence Fides) – « Depuis plus de 20 ans, nous traversons de fortes turbulences aux conséquences incalculables sur notre vie quotidienne et sur notre écosystème » affirme le communiqué de la Commission diocésaine Justice et Paix de l’Archidiocèse de Bukavu, chef-lieu du Sud Kivu, province de l’est de la République démocratique du Congo, qui, comme celle du Nord Kivu, se trouve depuis des années déstabilisée par la présence de différents groupes armés.
Il s’agit d’une situation qui, selon la note envoyée à l’Agence Fides, s’est désormais enracinée dans les esprits des habitants de la région. « Ouvrez les yeux et vous verrez des cadavres ambulants dans un environnement décadent » affirme la Commission Justice et Paix, tentant ainsi de secouer les consciences.
Le cadre ainsi brossé est dramatique : couples qui cherchent réciproquement à se voler les biens de la famille, viols de fillettes, jeunes chômeurs recrutés par des bandes criminelles, faim qui tenaille des villages entiers dans une région pourtant riche en ressources alimentaires. La Commission Justice et Paix dénonce l’absence d’une politique nationale en faveur de l’emploi et le fait que « le fusil et certaines idéologies ont tué les hommes et surtout massacré nos cultures traditionnelles ».
« Pour de l’argent, ont peut en arriver à tuer, mentir, trahir, violer et malheureusement, on dirait que ce sont les mauvais qui prospèrent » affirme la note qui lance cependant un appel à « se relever, regarder la réalité en face et à organiser un rite de purification, d’expiation et de réconciliation avec l’Eternel, le prochain, la nature, l’écosystème, ou bien à arrêter l’acharnement thérapeutique sur des cadavres ». (L.M.) (Agence Fides 11/04/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network