AMERIQUE/PARAGUAY - Soutien de la Conférence épiscopale aux besoins de la population exprimés par la prochaine XXIII° Marche du paysan pauvre

jeudi, 17 mars 2016 evêques   indigènes   zones de crise   conférences épiscopales  
Paysans au Paraguay

Internet Gesuiti

Paysans au Paraguay

Asuncion (Agence Fides) – La Conférence épiscopale du Paraguay (CEP) exprime son appui aux besoins de la population qui seront exprimés dans le cadre de la XXIII° Marche du paysan pauvre, prévue pour ce jour, 17 mars, dans la capitale du Paraguay, et à laquelle devraient participer des milliers de familles regroupées au sein de la Fédération nationale paysanne (FNC).
« Nous avons besoin que la miséricorde embrasse la justice. Voila pourquoi, nous avons besoin de promouvoir des solutions structurelles aux problèmes de paysans par le dialogue et la rencontre entre les responsables des politiques publiques de développement intégral et soutenable » déclare la lettre de la CEP parvenue de Fides.
Les Evêques soulignent les besoins des familles vivant dans les zones rurales du pays et réaffirment que la solution consiste à établir un modèle « d’agriculture familiale » pour les paysans du Paraguay. En outre, ils sollicitent des interventions urgentes dans le domaine de l’assistance sanitaire et de l’instruction publique de qualité au profit de la population rurale. Le texte s’achève en rappelant qu’il est « de la responsabilité de l’Etat d’écouter le cri des paysans et leurs propositions ».
A l’Agence Fides est également parvenu le témoignage de S.Exc. Mgr Gabriel Escobar Ayala, SDB, Vicaire apostolique du Chaco paraguayen, qui invite la population à dénoncer la situation terrible dans laquelle se trouvent les routes à l’intérieur du pays, en particulier dans le Haut Paraguay, où elles n’existent pratiquement pas. L’Evêque raconte que, le 15 mars, un jeune élève de l’école Internado Ñu Apu'a situé à quelques 100 km de Fuerte Olimpo a eu besoin de secours. Bien qu’ils se soient rendus sur place à bord d’un tout-terrain, équipé pour ce type d’environnement, ils ont risqué de ne pas arriver à destination à cause des 17 interruptions rencontrées le long de la route, mettant ainsi en danger la santé du jeune. Mgr Escobar a déjà dénoncé cette situation en de précédentes occasion (voir Fides 29/02/2016). (CE) (Agence Fides 17/03/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network