ASIE/MYANMAR - Election d’un nouveau Président et d’un Vice-président chrétien de la part du Parlement

mardi, 15 mars 2016 politique   réconciliation   minorités religieuses  

Profilo facebook di Henry Van Thio

Henry Van Thio, Second Vice-président du Myanmar et chrétien pentecôtiste

Yangon (Agence Fides) – Le Parlement birman a élu U Kyaw Htin, membre historique de la Ligue nationale pour la démocratie, au poste de Président de la République par 360 voix. U Kyaw Htin, homme de confiance d’Aung San Suu Kyi, devient ainsi le Premier chef d’Etat du Myanmar démocratiquement élu et n’appartenant pas aux forces armées depuis 50 ans.
En Assemblée conjointe, les représentants de la Ligue ont concentré leurs suffrages sur U Htin Kyaw, 69 ans, universitaire et depuis longtemps collaborateur d’Aung San Suu Kyi. « Le résultat de ce jour est un triomphe pour Aung San Suu Kyi et pour la démocratie » a déclaré U Kyaw Htin, quittant le Parlement après le vote.
Les deux Vice-présidents sont le Général (2S) U Myint Swe, candidat des militaires, élu avec 213 voix, et Henry Van Thio, chrétien pentecôtiste et représentant de la Ligue nationale pour la démocratie, appartenant à la minorité ethnique chin, lequel devient second Vice-président avec 79 voix. Aung San Suu Kyi, qui a conduit son parti à la victoire, n’a pas pu se porter candidate à la Présidence à cause d’une norme constitutionnelle « ad personam » introduite dans la Constitution (voir Fides 11/03/2016). Elle demeurera le responsable moral du pays et aura un étroit rapport politique avec le nouveau Président.
Contacté par l’Agence Fides, le Père Awng Dang, Directeur de la Caritas du Diocèse de Banmaw, dans le nord du pays, indique : « Nous nourrissons maintenant de grands espoirs. Il s’agit d’un passage important pour l’histoire du pays, parce que le gouvernement revient entre les mains des civils. Aux nouveaux responsables, nous demandons d’agir immédiatement pour la réconciliation nationale avec les minorités ethniques. Ici, à Banmaw, nous sommes encore aux prises avec des milliers d’évacués et une guerre civile encore en cours. La présence d’un Vice-président chrétien d’ethnie chin constitue un beau signe. Il provient de l’une des plus petites minorités et d’une zone extrêmement pauvre. Nous demandons à ce que la paix constitue la priorité ». (PA) (Agence Fides 15/03/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network