AMERIQUE/VENEZUELA - Prise de position de l’Evêque de Ciudad Guayana en faveur de la « justice et de la vérité pour les familles des 28 mineurs portés disparus »

vendredi, 11 mars 2016 politique   violence   pauvreté   evêques  
S.Exc. Mgr Parra Sandoval

S.Exc. Mgr Parra Sandoval

Ciudad Guyana (Agence Fides) – « Dans un premier temps, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une protestation liée à une carence de quelque service » a indiqué S.Exc. Mgr Mariano Parra Sandoval, Evêque de Ciudad Guayana, qui, au cours d’une visite effectuée dans la Paroisse de Notre-Dame de Lourdes de la petite ville d’El Dorado, a été témoin de la souffrance des parents des mineurs portés disparus à Tumeremo.
Le 7 mars, en effet, à Tumeremo, dans l’Etat de Bolivar, zone minière, un affrontement aurait eu lieu entre des bandes en vue du contrôle de la production. Un groupe de 28 mineurs n’a pas voulu céder aux menaces et ont disparu. Certains moyens de communication locaux ont fait l’hypothèse que les mineurs aient été tués, d’autres brûlés ou dans tous les cas assassinés. La population se plaint de l’indifférence des autorités. Mgr Parra s’est attardé à parler longuement avec chacun de ceux qui sont impliqués dans cette affaire. Par la suite, dans un dialogue avec la population, il s’est fait le porte-parole de la demande de justice pour ce qui est déjà considéré comme un massacre.
L’approbation de la part du gouvernement vénézuélien du projet d’Arc minier Orinoco, qui établit un registre national minier, est considérée comme l’étincelle qui a mis le feu aux poudres de ces actes de violence. Mgr Parra Sandoval a voulu rendre publique sa demande de justice pour ces personnes au travers d’une vidéo publiée par le Diocèse sur Internet, dans le cadre de laquelle l’Evêque dénonce le fait que « la zone est contrôlée par des groupes armés. Le contrôle n’appartient plus à l’Etat ». Alors qu’il demande aux bandes de mettre un terme à la violence, Mgr Parra requiert également l’intervention des autorités civiles mais ce sans violer les droits, afin de maintenir l’ordre « avec justice et vérité ». Enfin, il espère retrouver les corps des mineurs portés disparus afin de les remettre à leurs familles pour donner « une sépulture chrétienne à chacun », même si cela ne leur restituera pas la vie.
Selon les dernières dépêches d’agence, le Président du Venezuela en personne a parlé hier soir pour demander de faire la lumière dans cette affaire. (CE) (Agence Fides 11/03/2016)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network