AMERIQUE/HONDURAS - Appel de l’Evêque auxiliaire de San Pedro Sula contre les assassinats

mercredi, 9 mars 2016 violence   evêques   evangélisation  
S.Exc. Mgr Romulo Emiliani

S.Exc. Mgr Romulo Emiliani

San Pedro Sula (Agence Fides) – « Le Honduras vit actuellement des jours difficiles au cours de ce Carême, à cause des événements qui ont frappé les familles » déclare l’Evêque auxiliaire de San Pedro Sula, S.Exc. Mgr Romulo Emiliani, rappelant que le Carême constitue le temps liturgique de la conversion.
« Bien que les statistiques gérées par les institutions concordent sur le fait que le nombre des homicides est en diminution, tous sont frappés par l’impact des crimes commis, et en particulier du massacre de Comayagüela et du meurtre de la responsable indigène Berta Caceres (voir Fides 04/03/2016). Cela provoque consternation et embarras chez la population parce qu’au niveau international, nous faisons la une des journaux mais de manière négative. Je suis désolé pour ces morts mais aussi par le fait que le Honduras est beaucoup plus que cela. Au plan international, seules ces tragédies sont prises en compte et nous continuons ainsi à avoir une mauvaise réputation à ce niveau » a déclaré l’Evêque.
La note, envoyée à Fides par une source locale, fait état du dialogue de l’Evêque avec la presse locale, au cours duquel, ce dernier a souligné : « Il faut réfléchir et penser à nos péchés collectifs, par exemple notre manque de sensibilité à la douleur de la faim et de la pauvreté extrême. Nous nous sommes habitués à voir la misère mais celle-ci n’est pas voulue par Dieu. Nous avons tous quelque chose à nous reprocher en rapport à ce qui se passe actuellement au Honduras ».
Mgr Emiliani a également adressé un appel aux tueurs : « Chaque fois que l’on tue, ce sont des orphelins, des veuves et des mères qui pleurent, des familles qui se trouvent dans la douleur et le deuil. Aux tueurs et aux mandants de ces morts, je dis d’arrêter de tuer ! Si ici sur la terre, l’impunité existe, il n’en sera pas de même lors du jugement final. Il existe un enfer préparé pour ceux qui continuent à tuer, parce qu’ils verront Dieu et qu’avec Dieu on ne plaisante pas ». (CE) (Agence Fides 09/03/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network