AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD - Lettre pastorale de la SACB en faveur d’un « dialogue sincère » pour outrepasser le racisme présent au sein de la société

mardi, 8 mars 2016 evêques   réconciliation  

S.Exc. Mgr Stephen Brislin

Johannesburg (Agence Fides) – « Le racisme et les divisions raciales sont encore présents en Afrique du Sud » dénoncent les Evêques sud-africains, qui invitent à un « dialogue transparent » même si « nous sommes conscients que cela n’est pas facile et que nombre d’entre nous préféreraient l’éviter ». « L’invitation à ce dialogue – écrit S.Exc. Mgr Stephen Brislin, Archevêque du Cap et Président de la African Catholic Bishops’ Conference, dans la Lettre pastorale intitulée « Un appel pour surmonter le racisme » - peut à lui seul évoquer une série d’émotions, y compris l’autojustification et des sentiments de présomption, ou de culpabilité ou encore de négation et, d’autre part, des sentiments de colère et de malheur. Le dialogue, rationnel et respectueux, est nécessaire de manière à nous ouvrir pour recevoir la guérison de Dieu ».
La Lettre pastorale, parvenue à Fides, souligne le fait que l’Afrique du Sud est désormais entrée dans sa troisième décennie de démocratie et ressent encore des discriminations raciales qui comportent surtout des disparités économiques et sociales, alors que ne sont pas encore complètement guéries les blessures de siècles de domination coloniale et de décennies d’apartheid.
L’Année du Jubilé de la Miséricorde est l’occasion propice pour l’Eglise en Afrique du Sud « de s’engager dans une conversion crédible et totale afin de surmonter le racisme ». « Cela signifie – poursuit Mgr Brislon – reconnaître la présence de racisme au sein de l’Eglise, avant et durant l’apartheid et au cours de ces années de démocratie. Humblement, en tant que Pasteurs, nous nous prosternons devant Dieu et devant tous ceux qui souffrent afin de demander pardon de notre complicité historique avec le racisme au sein de l’Eglise ».
Le dialogue auquel les Evêques invitent l’Eglise sera mis en place au niveau diocésain et paroissial, afin de valoriser les différentes cultures présentes à l’intérieur des communautés de fidèles. Ce dialogue doit s’accompagner de la prière et du jeûne afin de demander le pardon des communautés marquées par les discriminations raciales. (L.M.) (Agence Fides 08/03/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network