AFRIQUE/EGYPTE - Appel de l’Union générale des Coptes pour la Mère Patrie en vue d’une amnistie présidentielle au profit des jeunes condamnés injustement pour outrage à l’islam

mardi, 1 mars 2016 discrimination  

Le Caire (Agence Fides) – Karim Kamal, fondateur de l’Union générale des Coptes pour la Mère Patrie, a adressé un appel au Président égyptien, Abdel Fattah al Sisi, afin qu’il intervienne dans le cas des jeunes coptes récemment condamnés à cinq années de réclusion sous l’inculpation injuste d’outrage à l’islam. La requête adressée au Chef de l’Etat égyptien est celle de concéder une amnistie aux jeunes condamnés. Mais dans cette demande, diffusée par les moyens de communication égyptiens, est également formulée un démolissage radical de la législation sur le blasphème et les offenses envers la religion, qui devient un instrument permettant de poursuivre des innocents alors que les extrémistes et ceux qui fomentent la haine religieuse ne sont pas touchés.
Le cas se trouvant au centre de la requête adressée au Président al Sisi, est celui des quatre élèves coptes accusés d’outrage à la religion islamique, pour avoir diffusé au printemps 2015 un vidéoclip de quelques secondes réalisé à l’aide d’un téléphone portable, dans lequel ils mimaient la scène de l’égorgement d’un musulman en prière, à l’imitation des horribles massacres perpétrés par les djihadistes du prétendu « Etat islamique ». A la fin du mois de février (voir Fides 26/02/2016), le tribunal de Minya a condamné lourdement les quatre jeunes. Les trois majeurs se sont en effet vus infliger une condamnation à cinq ans de réclusion alors que le quatrième, mineur, sera envoyé dans une résidence surveillée pour mineurs. (GV) (Agence Fides 01/03/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network