ASIE/IRAQ - Annonce de nouvelles mesures à l’encontre des fonctionnaires corrompus favorisant les escroqueries immobilières au détriment des chrétiens

lundi, 29 février 2016 politique  

Bagdad (Agence Fides) – Les fonctionnaires qui favorisent les escroqueries immobilières au détriment des chrétiens seront punis au travers de peines administratives sévères allant de la suspension temporaire du service au licenciement pur et simple. C’est ce qu’a annoncé dans un entretien télévisé le Ministre de la Justice irakien, Haider Zamili, confirmant que les escroqueries et les vols de maisons et de terrains appartenant à des chrétiens ont lieu grâce à la participation prouvée de fonctionnaires corrompus, dont des préposés à l’enregistrement des passages de propriété immobilière au sein des bureaux du cadastre. Désormais, selon les déclarations du Ministre, les peines administratives seront appliquées dans les cas prouvés de participation directe de fonctionnaires aux fraudes. La lutte contre les escroqueries, outre à l’introduction de peines sévères pour les fonctionnaires corrompus, se basera également sur de nouvelles règles, afin de rendre plus sûres les procédures d’achat-vente, de manière à ce que soit prouvé au-delà de tout doute raisonnable, le réel accord des propriétaires à la cession de leur immeuble.
Déjà en mars 2014, l’homme politique chrétien Imad Youkhana, représentant de l'Assyrian Democratic Movement (Zowaa) et membre du Parlement irakien, avait dénoncé des fonctionnaires de la province de Ninive après avoir recueilli des témoignages documentés sur le système de corruption au travers duquel de nombreuses propriétés – terrains et maisons – appartenant à des chrétiens changeaient de main de manière illicite, sans aucune autorisation de la part de leur légitimes propriétaires. Les fraudes, liées à des pots-de-vin, intervenaient avec la complicité de personnels du registre de la propriété immobilière et étaient facilitées par le fait qu’une grande partie des propriétaires chrétiens se trouvaient depuis des années hors du pays. Le parlementaire avait sollicité les gouvernements locaux et fédéral de l’Irak afin qu’ils interviennent pour démanteler ce système, identifiant ses responsables et restituant les propriétés à leurs légitimes propriétaires. L’homme politique avait également invité les chrétiens irakiens immigrés à vérifier le statut de leurs propriétés demeurées en Irak et à réaffirmer leur droit sur celles-ci, en impliquant dans cette action les Ambassades d’Irak à l’étranger. Au cours de l’été 2015, ce même Imad Youkhana avait demandé aux autorités religieuses islamiques d’émettre une fatwa contre les escroqueries et les expropriations illicites perpétrées à l’encontre des propriétés appartenant à des chrétiens. (GV) (Agence Fides 29/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network