AFRIQUE/OUGANDA - Commentaires d’un éminent juriste après la victoire du Président sortant aux élections présidentielles

mardi, 23 février 2016 elections  

Kampala (Agence Fides) – « Même une élection volée ne constitue pas une excuse pour la violence » : tel est l’appel lancé par Julia Sebutinde, magistrat de la Cour internationale de Justice, après que le Président sortant, Yoweri Museveni, ait été déclaré vainqueur des élections ayant eu lieu en Ouganda la semaine passée (voir Fides 19/02/2016). Selon la Commission électorale, Yoweri Museveni a obtenu 60,8% des voix contre 35,4% à son principal rival, Kizza Besigye.
Ce dernier, arrêté et relâché plusieurs fois au cours de la campagne électorale et durant les opérations de vote, a demandé une vérification internationale des résultats des élections, selon lui grevés de graves irrégularités.
Selon Julia Sebutinde, avant de recourir à une instance judiciaire internationale, il faut passer par la justice ougandaise. « Nous voudrions voir les perdants résoudre les questions dans les cours de justice domestiques » a déclaré Julia Sebutinde, qui a lancé un appel afin que le système judiciaire local « résolve rapidement les disputes de manière impartiale et satisfaisante ». Seulement après leur éventuel échec, il sera possible d’affirmer que « nous avons fait tout notre possible pour résoudre la question de manière pacifique ».
Les observateurs électoraux internationaux ont affirmé que les élections manquent d’une transparence suffisante pour être considérées comme véritablement correctes. A Kampala, selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, aucun incident important ne s’est produit, même si la situation demeure tendue. (L.M.) (Agence Fides 23/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network