ASIE/PHILIPPINES - La pauvreté au centre de l’ouverture de la campagne électorale

lundi, 15 février 2016 politique   pauvreté  

Manille (Agence Fides) – La campagne électorale pour les élections présidentielles aux Philippines s’est officiellement ouverte. Cinq sont les principaux candidats à la Présidence : l’actuel Vice-président, Jojo Binay, le Sénateur Miriam Defensor-Santiago, le Maire Rodrigo Duterte, le Sénateur Grazia Poe et le Ministre Mar Roxas.
Parmi les thèmes principaux de la campagne électorale, au sein d’une nation qui a dépassé les 100 millions d’habitants, la 12ème la plus nombreuse du monde, se trouvent les défis cruciaux pour le développement du pays à savoir le chômage, les infrastructures, les services sociaux mais aussi le manque de nourriture et la pauvreté. En 2015, aux Philippines, le Global Hunger Index (Index global de la faim calculé par l’International Food Policy Research Institute) était de 20,1, ce qui fait que le problème est qualifié de grave. La sécurité alimentaire constituera donc l’un des thèmes récurrents de la campagne électorale. L’économie, affirment les observateurs, doit favoriser « des systèmes de production alimentaire soutenables et mettre en place des pratiques agricoles qui augmentent la productivité et renforcent la capacité d’adaptation et de résistance aux changements climatiques externes très fréquents dans le pays ».
La victoire dépendra surtout de la conquête de l’électorat jeune, qui constitue 40% des 54 millions de votants enregistrés aux Philippines.
Parmi les candidats, Grazia Poe, fille adoptive de l’acteur bien connu Fernando Poe, connaît une vague de popularité surtout dans les tranches les plus pauvres de la population. L’ancien ministre de l’Intérieur et candidat du gouvernement en place de Benigno Aquino jr, Mar Roxas, est un représentant de la bourgeoisie financière dont les analystes estiment qu’il ne bénéficie pas des faveurs des personnes les plus pauvres.
Rodrigo Duterte, maire de Davao (Mindanao), âgé de 70 ans, est surnommé le Justicier, pour sa poigne de fer dans la lutte contre la criminalité. Jejomar Binay, 73 ans, ayant grandi dans la pauvreté, guide le principal parti d’opposition. Il est l’actuel Vice-président mais il a dû supporter différentes accusations de corruption au cours de sa carrière. Le Sénateur Miriam Defensor-Santiago et un avocat et juge de la Cour pénale internationale.
Au cours du scrutin du 9 mai, les électeurs seront appelés à voter pour le Président, le Parlement et les administrations locales, dans le cadre d’une compétition politique mettant en jeu quelques 18.000 sièges au total.
Les Evêques philippins ont réaffirmé dans un message à la population que l’Eglise n’appuie pas un responsable politique déterminé. Les fidèles, observe le texte, accompliront le juste choix s’ils considèrent les responsables en lice « en prenant comme modèle le Christ qui est venu non pour être servi mais pour servir » et en vérifiant la cohérence évangélique de chaque candidat, en paroles et en actes. (PA) (Agence Fides 15/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network