AFRIQUE/MALAWI - Aggravation du drame de la famine : queues devant les dépôts de grain presque toujours vides

lundi, 15 février 2016 faim  

Lilongwe (Agence Fides) – « En février, la saison des pluies devrait être au maximum de sa splendeur. Mais pas cette année, à cause du soleil implacable qui brûle littéralement les récoltes » écrit à l’Agence Fides le Père Piergiorgio Gamba, missionnaire montfortain qui rend un nouveau témoignage sur la famine sévère qui frappe actuellement le Malawi, où 2,8 millions de personnes sont dans une situation de danger alimentaire (voir Fides 03/02/2016). La reprise des pluies, au début du mois de février, n’a pas suffi à permettre aux cultures de fleurir et le soleil est maintenant revenu, implacable.
« La population survivait ces derniers mois dans l’attente de la récolte, en mangeant les courges qui, comme plante endémique, infestaient les champs de blé. Elles se vendaient par sacs entiers et à un prix dérisoire » raconte le missionnaire. « Mais cette année, pas une n’est arrivée sur le marché. Elles ne sont pas nées, elles n’ont pas grandi. Elles n’ont jamais existé à cette saison ».
Pour survivre, les personnes font la queue devant les dépôts de grain du gouvernement (ADMARC) « presque toujours vides » souligne le Père Gamba. « Dans le pays, circule une caricature montrant les queues de personnes à l’extérieur des dépôts de grain qui y passent de longue nuits dans l’espoir d’obtenir un peu de nourriture. Quelqu’un demande : « c’est une veillée ? ». « Non, c’est la pire manière d’acheter du grain » répond un autre ».
Le Père Gamba conclut en décrivant les conditions limites qui se sont créées au cours des longues attentes face aux dépôts : « Les élèves ne vont plus en classe parce que leurs parents les laissent faire la queue face aux magasins de l’ADMARC et des situations se sont créées dans le cadre desquelles les jeunes se sont faits dérober leur argent alors qu’à la faveur de la nuit, des femmes ont été violées ».
La seule note positive est l’attente des Grammy Award de demain, 16 février, auxquels participera la Zomba Prison Band, formée de détenus de la prison malawienne homonyme (voir Fides 23/12/2015). (L.M.) (Agence Fides 15/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network