AMERIQUE/BRESIL - Exhortation au calme de la part du Conseil pastoral épiscopal de la Conférence nationale des Evêques du Brésil quant à la diffusion des maladies

vendredi, 5 février 2016 zones de crise   conférences épiscopales   coopération   catastrophes naturelles  
Alarme globale de l'Organisation mondiale de la Sa

Alarme globale de l'Organisation mondiale de la Santé

Brasilia (Agence Fides) – « Au travers d’un important effort collectif, qui implique tous les secteurs de la société, nous serons en mesure d’abattre ces maladies qui touchent sans distinction toute la population brésilienne » : c’est ce que l’on peut lire dans le message du Conseil pastoral épiscopal de la Conférence nationale des Evêques du Brésil (CNBB) publié hier, 4 février, par la Présidence. Le texte, parvenu à Fides, invite toute l’Eglise du Brésil à poursuivre et à intensifier la lutte contre le moustique aedes aegyti, qui transmet la dengue, le virus zika et la chikungunya.
Une fois attestée la probable connexion avec des cas de microcéphalie, l’organisme de la CNBB avertit que les informations relatives à cette maladie « ne devraient pas semer la panique ». En outre, elle souligne qu’une situation de ce genre « ne justifie pas le soutien à l’avortement dans les cas de microcéphalie comme, malheureusement, le proposent certains groupes qui s’organisent pour porter la question devant la Cour Suprême fédérale ».
L’Organisation mondiale de la santé a lancé une alarme globale à propos de la diffusion du virus zika (voir Fides 29/01/2016). Le Brésil est le pays qui présente, jusqu’ici, le plus grand nombre de cas. Le gouvernement a mobilisé l’armée et, selon les dernières nouvelles, le Ministère de la Santé a communiqué que 404 cas d’enfants nés avec une microcéphalie ont été enregistrés. (CE) (Agence Fides 05/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network