AMERIQUE/NICARAGUA - Appel de l’Archevêque de Managua à propos du pourvoi du poste vacant du Conseil suprême électoral

mardi, 26 janvier 2016 politique   evêques   eglises locales  
S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, Archevêque de M

S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, Archevêque de Managua

Masaya (Agence Fides) – Le Parlement du Nicaragua a ouvert le débat afin de choisir un magistrat pour le Conseil suprême électoral (CSE) en remplacement de José Luis Villavicencio, appartenant au parti aux affaires, le Frente Sandinista di Liberacion Nacional, FSLN, qui a démissionné hier. Pour être élu, le candidat doit recueillir 60% des voix du parlement soit au moins 56 votes. Le cas est urgent dans la mesure où il s’agit du second membre du CSE à démissionner en un mois. Le CSE est composé de sept juges, actuellement quatre d’entre eux sont sandinistes.
Le Président du Nicaragua, Daniel Ortega, a déposé la candidature de l’ancien Ambassadeur du Nicaragua en Argentine et membre de la Commission spéciale pour la Défense des droits des enfants et des adolescents, Norma Moreno.
A propos de la candidature, S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, Archevêque de Managua, a observé que les partis devraient faire une proposition de manière à ne pas pouvoir dire par la suite que le juge a été imposé par quelqu’un. « Je pense que tous les nicaraguayens qui suivent une ligne politique, ont le droit de se porter candidats. Ce qui compte est que les autres partis proposent leur candidat parce que, selon ce que j’ai lu dans les moyens de communication, le Front a fait sa proposition. Maintenant, c’est au tour des autres partis politiques de proposer » a affirmé le Cardinal Brenes avant de célébrer la Messe à Masaya, Dimanche dernier.
« Nous devons écouter ce que dit le Saint-Père quand il parle de politique, quand il rappelle aux hommes politiques qu’ils ne doivent pas mépriser les autres et faire des propositions positives pour le peuple. J’espère que la Commission de l’Assemblée réussira à choisir la personne juste, de manière à ce que, demain, elle puisse être une référence pour les prochaines élections » a déclaré le Cardinal.
En novembre prochain, le Nicaragua devra élire son Président, son Vice-président, 90 députés nationaux et 20 représentants au Parlement centraméricain. Le CSE constituera un organisme indispensable et fondamental en vue de cette consultation. (CE) (Agence Fides 26/01/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network