ASIE/INDE - Manque d’eau et de toilettes, cause de maladies enfantines pouvant faire l’objet de prévention

lundi, 18 janvier 2016 santé  

Adam Cohn

Bangalore (Agence Fides) – Avec le phénomène climatique connu sous le nom d’El Nino 2015, qui a dissipé les moussons dans le sud-ouest du pays, le manque d’approvisionnement en eau a favorisé la prolifération de maladies transmises par l’eau au Karnataka, où 49% de la population pratiquent la défécation en plein air. Diarrhée, dysenterie, gastroentérite et choléra continuent à frapper les enfants qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, en particulier dans les villages les plus marginalisés, outre à faire augmenter la mortalité enfantine, et à provoquer des retards de croissance et la dénutrition. La dengue, favorisée par les eaux résiduelles, a atteint en 2015 son pic dans le pays, avec 4.691 cas et 9 morts selon les statistiques du Ministère fédéral de la Santé. La majeure partie des hospitalisations enregistrées par l’hôpital Vani Vilas pour enfants et femmes du Karnataka a été liée à des cas de dengue.
De janvier à septembre 2015, les enfants contaminés ont été au nombre de 799 sur un total de 2.800 cas, a indiqué l’unité de Pédiatrie de l’hôpital. Même si les enfants reçoivent des repas dans les écoles et bénéficient de toilettes dans les infrastructures en question, le manque de telles structures dans leurs maisons, ainsi que le manque d’eau provoqué par le changement climatique, réduit l’indice de développement humain, y compris dans les régions les plus modernes de l’Inde. Le défi qui demeure à relever urgemment est de créer une infrastructure de distribution d’eau et des toilettes, mais aussi de convaincre l’opinion publique de leur efficacité, de la nécessité d’éradiquer la défécation en plein air ainsi que les égouts à ciel ouvert. (AP) (Agence Fides 18/01/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network