ASIE/JORDANIE - Pour le Vicaire patriarcal pour la Jordanie du Patriarcat latin de Jérusalem, la mission des écoles chrétiennes est encore plus précieuse dans la situation actuelle au Proche-Orient

mercredi, 13 janvier 2016 instruction  

Amman (Agence Fides) – Dans l’histoire des Eglises au Proche-Orient, un rôle précieux a toujours été joué par les écoles chrétiennes, justement en vertu de leur immanence dans la vie des communautés et de la société qui dure de manière ininterrompue depuis des générations. Cette présence prolongée, visant à accompagner la croissance spirituelle, éducative et humaine des jeunes, place les écoles chrétiennes dans une position cruciale, y compris dans le scénario actuel du Proche-Orient, dévasté par les conflits sectaires, alors que, dans de nombreux pays de la zone, semble s’évanouir toute possibilité de coexistence pacifique et de collaboration entre identités différentes.
C’est ce qu’a réaffirmé avec force S.Exc. Mgr Maroun Lahham, Vicaire patriarcal pour la Jordanie du Patriarcat latin de Jérusalem, en intervenant au colloque de formation destiné aux directeurs des écoles catholiques de Jordanie, en cours ces jours-ci à Amman. « S’il demeure encore un espoir d’imaginer un avenir différent en dehors des dérives sanglantes du sectarisme et du terrorisme – souligne dans une conversation avec l’Agence Fides Mgr Lahham – cette possibilité passe inévitablement par la question de l’école et de l’éducation et par suite implique également les écoles chrétiennes. Seuls de bons enseignants passionnés peuvent inspirer chez leurs élèves l’amour de la liberté, des principes de citoyenneté et de l’ouverture aux autres, les soustrayant à la pression et au lavage du cerveau pratiqué par tous les fondamentalismes et sectarismes. Nos écoles – ajoute l’Archevêque – ont toujours été de fantastiques lieux de dialogue entre chrétiens et musulmans. Elles ont toujours formé de bons chrétiens et de bons musulmans, ouverts au dialogue justement parce qu’ils avaient étudié ensemble. Cette fonction est encore plus importante dans le contexte actuel du Proche-Orient, dans lequel il est fondamental de faire grandir des lieux qui éduquent les jeunes à la coexistence, à la paix, à l’acceptation de l’autre, qui doit être considéré comme un frère même s’il est différent de moi, et non pas comme un adversaire à éliminer ». (GV) (Agence Fides 13/01/2016)




Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network