ASIE/TERRE SAINTE - Profanation du cimetière chrétien de Beit Gémal

samedi, 9 janvier 2016 sectarisme  

Jérusalem (Agence Fides) – Le cimetière adjacent au monastère salésien de Beit Gémal, dans la ville israélienne de Beit Shemesh, à l’ouest de Jérusalem, a été profané et les croix de bois et de ciment placées sur de nombreuses tombes détruites. L’épisode de vandalisme sacrilège remonte à la mi-décembre mais n’a été rendu public qu’au cours de ces dernières heures par les sources officielles du Patriarcat latin de Jérusalem. La police locale a ouvert une enquête contre x mais personne n’a déposé plainte contre des individus ou des groupes spécifiques après l’acte de vandalisme.
Au cours de la nuit du 31 mars au 1er avril 2014, toujours dans la zone de Beit Shemesh, des vandales inconnus avaient tracé des inscriptions blasphématoires sur les murs de deux maisons appartenant au Monastère catholique latin de Deir Rafat (voir Fides 01/04/2014). Les religieuses du Monastère, appartenant à la Famille monastique de Bethléem, de l’Assomption de la Vierge Marie et de Saint Bruno, avaient indiqué à Fides, à cette occasion, que, parmi les inscriptions en hébreu, certaines exprimaient « des phrases blasphématoires à l’encontre de Jésus et de la Vierge Marie », d’autres invoquant la « vengeance » et accusant de « nazisme » l’Allemagne et les Etats-Unis. Des voitures en stationnement dans la zone avaient également été vandalisées.
L’acte subi par le Monastère de Deir Rafat faisait partie de la série d’actes d’intimidation perpétré à l’encontre de monastères chrétiens à compter de février 2012. Depuis lors, à plusieurs reprises, en signant de la formule « le prix à payer », des groupes extrémistes proches du mouvement des colons ont porté des attaques contre des lieux de culte – églises et mosquées – fréquentés par la population arabe. (GV) (Agence Fides 09/01/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network