AMERIQUE/BOLIVIE - Les enfants des rues, un problème invisible

vendredi, 8 janvier 2016 enfants des rues  

Piero Teardo

Cochabamba (Agence Fides) – Tous les deux jours, le soir, une équipe de professionnels de la Maison San José sort dans les rues de Quillacollo à la recherche des enfants qui y vivent abandonnés. Quillacollo est une municipalité de la bande urbaine de la ville de Cochabamba, en Bolivie, laquelle a connu une croissance désordonnée. Avec une forte immigration de la région andine, la municipalité en question est pleine de personnes qui vont et viennent sur son célèbre marché. Parmi ces personnes, se trouvent des enfants qui travaillent comme des adultes mais demeurent invisibles. Certains cirent les chaussures, d’autres aident les personnes à monter dans les autobus ou font l’aumône, nettoient les pare-brise des voitures aux carrefours en échange de quelque menue monnaie. On estime que, dans la seule zone de Cochabamba, 1.800 mineurs vivent dans les rues. Ils quittent la maison de leur famille à cause de situations insoutenables de violence domestique et d’abus sexuels, ou parce que leurs parents les ont abandonnés pour travailler, les laissant seuls pendant des journées entières, ou encore à cause de la forte attraction que représente ce qu’ils considèrent une vie facile. La majeure partie des cas dépend d’une pauvreté extrême, d’un déracinement provoqué par la migration en direction des grandes villes et par le manque d’un système de protection social identifiant les cas les plus graves et proposant des mesures visant à améliorer leurs situations. La Maison San José s’occupe de la réinsertion familiale, en cherchant les parents des enfants et des solutions en commun avec les parents, les enfants et l’équipe de psychologues et d’éducateurs. Lorsqu’une telle réinsertion n’est pas possible, les équipes recourent à la famille élargie (oncles, grands-parents, frères aînés…) voire à une famille proche de l’enfant capable de le protéger et de lui offrir sécurité physique et psychologique lui permettant de grandir et de progresser. (AP) (Agence Fides 08/01/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network