VATICAN - Audience du Saint-Père accordée aux participants à l’Assemblée plénière de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

vendredi, 4 décembre 2015 congrégation pour l'evangélisation des peuples   oeuvres pontificales missionnaires  

Cité du Vatican (Agence Fides) – « Prions et travaillons afin que l’Eglise soit toujours davantage selon le modèle des Actes des Apôtres. Laissons-nous pousser par la force de l’Evangile et de l’Esprit Saint. Sortons de nos enclos, émigrons des territoires dans lesquels nous sommes parfois tentés de nous enfermer. Ainsi nous serons en mesure de cheminer et de semer au-delà ». Telle est la recommandation que le Saint-Père François a adressé aux participants à l’Assemblée plénière de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, reçus en Audience le 3 décembre en fin de matinée.
Après le salut du Préfet du Dicastère missionnaire, S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, le Saint-Père a rappelé dans son discours son premier voyage apostolique en Afrique, à peine conclu, « où j’ai pu voir personnellement le dynamisme spirituel et pastoral de nombre de jeunes Eglises de ce Continent – a-t-il déclaré – tout comme les graves difficultés dans lesquelles vit une bonne partie de la population. J’ai pu constater que, là où existent des besoins, existe presque toujours une présence de l’Eglise, prête à soigner les blessures des plus nécessiteux, dans lesquels elle reconnaît le corps meurtri et crucifié du Seigneur Jésus. Combien d’œuvres de charité, de promotion humaine ! Combien de bons samaritains anonymes travaillent chaque jour dans les missions ! ».
L’Assemblée plénière du Dicastère missionnaire a inspiré ses travaux au cinquantenaire du Décret conciliaire Ad Gentes et au 25ème anniversaire de l’Encyclique Redemptoris missio. Se référant à ces documents, le Pape a réaffirmé que « la mission ne répond pas en premier lieu à des initiatives humaines. Son protagoniste est l’Esprit Saint. Le projet est le sien et l’Eglise est la servante de la mission. Ce n’est pas l’Eglise qui fait la mission mais c’est la mission qui fait l’Eglise. Par suite, la mission n’est pas l’instrument mais le point de départ et le but ».
Le monde contemporain, « même lorsqu’il se montre accueillant envers les valeurs évangéliques de l’amour, de la justice, de la paix et de la sobriété, ne montre pas une disponibilité équivalente envers la personne de Jésus. Elle ne le considère ni Messie ni Fils de Dieu » a poursuivi le Pape, qui a souligné : « En cette situation de décollement, la missio ad gentes sert de moteur et d’horizon à la foi… La mission, en effet, constitue une force capable de transformer l’Eglise de l’intérieur avant même que de transformer la vie des peuples et des cultures ».
Citant comme exemple Saint Paul et Barnabé, qui « n’avaient pas le Dicastère missionnaire derrière eux et qui pourtant ont annoncé la Parole, donné vie à différentes communautés et versé leur sang pour l’Evangile », le Pape François a encouragé à « aller. Cela est inhérent au Baptême et ses frontières sont celles du monde. C’est pourquoi, continuez à vous engager afin que l’esprit de la missio ad gentes anime le chemin de l’Eglise et que cette dernière sache toujours écouter le cri des pauvres et des lointains, rencontrer tout un chacun et annoncer la joie de l’Evangile ». (SL) (Agence Fides 04/12/2015)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network