http://www.fides.org

Vaticano

2003-09-01

VATICAN - LE PAPE RENOUVELLE L’ACTE DE CONSECRATION A MARIE DES PEUPLES EUROPEENS : « QUE LA SAINT VIERGE FASSE EN SORTE QUE L’EUROPE DEVIENNE UNE SYMPHONIE DE NATIONS ENGAGEES A CONSTRUIRE ENSEMBLE LA CIVILISATION DE L’AMOUR ET DE LA PAIX

Castel Gandolfo (Agence Fides) – « Ces derniers dimanches, ma réflexion s’est arrêtée sur l’Europe et sur ses racines chrétiennes, en parcourant le texte de l’Exhortation Apostolique post-synodale Ecclesia in Europ. Ce document se conclut pas une <> de tous les hommes et femmes du Continent, consécration que je désire renouveler aujourd’hui, pour que la Sainte Vierge fasse en sorte que l’Europe devienne une symphonie de nations engagées à construire ensemble la civilisation de l’amour et de la paix ! ». C’est l’exhortation faite par le Pape Jean Paul II lors du discours dominical à l’occasion de la récitation de l’Angélus, le 31 août 2003 à Castel Gandolfo sa résidence d’été ;
Puis, rappelant les innombrables sanctuaires mariaux qui se trouvent dans le continent européen, le Pape a cité en particulier le Sanctuaire de Notre-Dame des Larmes à Syracuse, où l’on fête le 50° anniversaire des larmes versées par la Sainte Vierge : « Je m’arrête dans une contemplation dévote devant le précieux reliquaire des Larmes de Marie… Combien ces larmes sont mystérieuses ! Elles parlent de douleur et de tendresse, de réconfort et de miséricorde divine. Elles sont le signe d’une présence maternelle, et un appel à se convertir à Dieu, en abandonnant la voie du mal pour suivre fidèlement Jésus-Christ ». Le Saint-Père a ensuite terminé en ces termes : « A Toi, douce Vierge des Larmes, nous présentons l’Eglise et le monde entier. Regarde vers ceux qui ont plus besoin de pardon et de réconciliation ; apporte la concorde dans les familles et la paix entre les peuples. Essuie les larmes que la haine et la violence provoquent dans de nombreuses régions de la Terre, et spécialement au Moyen-Orient et dans le Continent africain ».
(S.L.)(Agence Fides, 1° septembre 2003, 27 lignes, 340 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network