VATICAN - Pour le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, « aujourd’hui, plus que les missionnaires, ce sont les prêtres locaux qui prennent en charge directement l’action pastorale et évangélisatrice »

vendredi, 5 juin 2015

Cité du Vatican (Agence Fides) – « Aujourd’hui, ce Collège continue à être un creuset de formation pour des centaines de prêtres. Ils nous sont confiés par leurs Evêques pour que, une fois achevées leurs études supérieures près les Universités pontificales de Rome, ils puissent retourner dans leurs Eglises particulières afin de les aider à croître et à se consolider dans la vie chrétienne et dans l’évangélisation ad gentes. En effet, aujourd’hui, plus que les missionnaires, ce sont les prêtres locaux qui prennent en charge directement l’action pastorale et évangélisatrice ». C’est ce qu’a souligné le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, dans l’homélie donnée lors de la Concélébration eucharistique solennelle qu’il a présidé au soir du 3 juin dans la chapelle du Collège missionnaire pontifical international Saint Paul Apôtre, à Rome, à l’occasion du 50ème anniversaire de son inauguration (voir Fides 03/06/2015).
Retraçant l’histoire du Collège et s’attardant sur la mémoire liturgique du jour, celle de Saint Charles Lwanga et de ses compagnons martyrs, canonisés par le Bienheureux Pape Paul VI en pleine période conciliaire, dans un climat de débat fécond et passionné pour la vie des Eglises particulières et pour l’engagement missionnaire, le Cardinal Préfet a rappelé qu’aujourd’hui, « la croissance des Eglises particulières est confiée à des Evêques et à des prêtres autochtones, capables de comprendre les besoins et les sensibilités particulières et de les greffer sur l’arbre de la Catholicité et de l’universalité ». « C’est pourquoi j’insiste plusieurs fois, tant avec les Evêques qu’avec nos élèves, prêtres et séminaristes – a-t-il mis en évidence – sur le fait qu’ils doivent faire retour à leurs Eglises propres et ne pas demeurer au service des Diocèses européens et d’Amérique du nord, s’installant dans des situations économiquement avantageuses pour eux. Les bourses d’étude que les Œuvres pontificales missionnaires et notre Congrégation offrent annuellement à plus de 500 élèves – séminaristes, religieuses et prêtres – sont le fruit d’offrandes de nos fidèles qui désirent voir l’évangélisation concerner tous les peuples et en particulier ceux des pays « missionnaires ». (SL) (Agence Fides 05/06/2015)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network