EUROPE/ESPAGNE - Déception de l’inapplication du règlement des CIE, approuvé depuis un an mais pas encore entré en vigueur

vendredi, 24 avril 2015

Madrid (Agence Fides) – Le 22 avril, près le bureau du Médiateur, le service des jésuites pour les migrants (SJM) a présenté le « Rapport CIE 2015 » (CIE pour Centre d’internement d’étrangers), ces centres faisant l’objet de nombreuses polémiques suite au manque d’organisation et d’assistance.
La rapport concerne en outre ce qu’il est désormais convenu d’appeler les « expulsions express » qui nient aux immigrés trouvés sans documents d’identité de pouvoir exposer leur situation devant un tribunal, les condamnant à une expulsion immédiate.
Au terme de la présentation, Myriam, une femme latino-américaine qui a vécu « l’expulsion express » de son fils, a rendu témoignage, racontant les atrocités de ce système.
Le rapport de 72 pages s’articule en trois parties : la situation dans les CIE ; l’indifférence des autorités concernant la non application du règlement des CIE et la gestion, libre et sans contrôle, des expulsions express. La note parvenue à Fides indique que, durant la présentation du rapport, Miguel González, Coordinateur du Service des Jésuites pour les migrants, a fait part de sa profonde déception en ce qui concerne le fait que le règlement relatif aux CIE a été adopté voici plus d’un an et accueilli avec espoir par ceux qui travaillent dans ce secteur mais qu’il n’est toujours pas appliqué. Il a par ailleurs indiqué comme particulièrement grave le fait que n’aient pas même été nommés les directeurs, secrétaires et médecins traitants de chaque CIE, comme le prévoit le règlement.
En ce qui concerne les expulsions, le rapport souligne : « La réalité est que nous nous dirigeons vers un modèle de rapatriement à deux vitesses. Les expulsions express (57,8% du total) ont désormais dépassé le nombre des expulsions à partir des CIE (42,2%) ». (CE) (Agence Fides 24/04/2015)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network