ASIE/TURKMENISTAN - Témoignage du Supérieur de la Mission sui iuris

mercredi, 26 novembre 2014

Ashgabat (Agence Fides) – « Partageant la joie de la foi dans le Christ, nous sommes heureux de donner à tous la grâce et la joie qui proviennent de la foi. Cette joie est arrivée au Turkménistan voici 18 ans comme un grand don. Nous n’avons pas encore une église faite de briques ou de bois. Mais nous avons construit notre Eglise de pierres vivantes ». C’est ce qu’affirme dans une note envoyée à l’Agence Fides le Père Andrzej Madej OMI, Supérieur de la Mission sui iuris du Turkménistan, constituée en 1997 par le Saint Pape Jean Paul II. Le Père Madej vit et œuvre là, avec une communauté de confrères en qualité de représentant du Saint-Siège à Ashgabat.
« Nous vivons dans un pays qui, voici encore une vingtaine d’années, faisait partie de l’empire soviétique. Dans ce pays – explique le missionnaire – a été faite une tentative de construction d’une société sans Dieu voire même une société opposée à Dieu. Aujourd’hui, l’Eglise locale est gérée par les Oblats de Marie Immaculée (OMI) et compte environ 150 fidèles. Ces derniers participent à la Messe en russe et aussi en anglais. Il nous faut environ trois ans pour préparer nos catéchumènes au Baptême ».
« Notre communauté prie dans un édifice pris en location mais l’enthousiasme ne manque pas alors que le nombre de personnes qui viennent à l’église continue à augmenter. Notre Eglise cherche toujours à être une source de joie et de lumière qui donne sur le désert de Kara-Kum, diffusant le message d’amour, de solidarité et d’espérance de Jésus, en cherchant toujours à respecter la culture et les traditions de ce très beau pays » poursuit le Supérieur.
« Nous avons été témoins de l’état dont ces années de vie sans Dieu ont laissé de nombreuses familles : familles brisées, violence domestique, humanité blessée, perte du sens de la vie, liens sociaux brisés… De nombreuses fosses communes ont été retrouvées. La nation vit dans les ruines des idéologies sans Dieu. Maintenant, est venu le temps de la réconciliation, le début du renouvellement, de la nouvelle vie, de nouveaux liens et de nouvelles espérances. Voici environ 18 ans, une communauté catholique a rejailli sur la terre du Turkménistan. La Bonne Nouvelle fascine et attire les gens à Jésus. La Parole de Dieu a le pouvoir de réunir ceux qui ont été dispersés « comme des brebis sans berger ». L’Eglise est aujourd’hui une communauté de réconciliation, qui soigne les blessures de la séparation, guérit les cœurs en donnant une paix nouvelle et en faisant renaître la confiance » conclut le Père Madej. (PA) (Agence Fides 26/11/2014)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network