VATICAN - Première Journée internationale de prière et de réflexion contre le trafic de personnes

mercredi, 26 novembre 2014

Rome (Agence Fides) – La première « Journée internationale de prière et de réflexion contre le trafic de personnes » sera célébrée dans l’ensemble des Diocèses et des Paroisses du monde, dans les groupes et les écoles le 8 février 2015, mémoire liturgique de Sainte Joséphine Bakhita, esclave soudanaise, libérée et devenue religieuse canossienne, canonisée en 2000. L’initiative est promue par le Conseil pontifical pour la Pastorale des Migrants et des personnes en déplacement, par le Conseil pontifical Justice et Paix ainsi que par les Unions internationales, féminines et masculines, des Supérieurs généraux (UISG et USG).
Le communiqué parvenu à l’Agence Fides met en évidence que l’objectif « est d’abord et avant tout de créer, au travers de cette Journée, une plus grande conscience du phénomène et de réfléchir sur la situation globale de violence et d’injustice qui frappe tant de personnes sans voix, qui ne comptent pas, ne sont personne mais simplement des esclaves. Dans le même temps, il s’agit de tenter d’apporter des réponses à cette forme moderne de traite d’êtres humains au travers d’actions concrètes ».
Le phénomène concerne le monde entier. Selon les données officielles, environ 21 millions de personnes, souvent pauvres et vulnérables, sont victimes d’un trafic ayant pour but leur exploitation sexuelle ou un travail forcé, l’explant d’organes, la mendicité forcée, l’esclavage domestique, le mariage forcé, l’adoption illégale et d’autres formes d’exploitation. Chaque année, environ 2,5 millions de personnes sont victimes du trafic d’êtres humains et réduites en esclavage. Cette activité criminelle génère un profit annuel de 32 milliards de dollars pour les trafiquants et exploiteurs, constituant ainsi la troisième activité illicite la plus rentable après le trafic de drogue et d’armes. (SL) (Agence Fides 26/11/2014)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network