http://www.fides.org

Dépêches

2014-08-21

ASIE/PAKISTAN - Jeune chrétienne de 12 ans victime d’un viol de groupe

Lahore (Agence Fides) – L’indignation règne au sein de la communauté chrétienne de Lahore après le viol d’une jeune chrétienne de 12 ans. Muqadas est la fille de Liaqat Masih, un chrétien père de quatre filles. Ainsi que Fides l’a appris, sa famille est pauvre et les quatre filles travaillent comme domestiques dans des maisons de musulmans appartenant à la moyenne bourgeoisie comme cela est le cas de nombreux chrétiens. L’épisode de violence remonte au 2 août mais la nouvelle n’en a été rendue publique que maintenant. Muqadas et sa sœur aînée, Asma, rentrait chez elles du travail lorsque Muqadas a été enlevée par deux musulmans et trois femmes. Ils l’ont emmenée à l’intérieur d’une école – qui était fermée – et les deux hommes, identifiés comme étant Ashraf Alias Achi et Ghaffor Alias Paida, l’ont violée à plusieurs reprises.
La jeune fille a ensuite été abandonnée. La famille a déposé plainte devant la police de Lahore. L’un des deux violeurs a été arrêté et l’autre a demandé la liberté provisoire sous caution. La famille de Liaqat Masih, en état de choc, est assistée par l’ONG LEAD, présidée par l’avocat chrétien Mushtaq Gill, lequel a déclaré à Fides : « Nous ferons tout notre possible pour que cette violence ne demeure pas impunie ». Des intimidations sont déjà parvenues à la famille afin qu’elle retire sa plainte.
« Au Pakistan – explique Maître Gill à Fides – le viol est utilisé comme instrument arbitraire de pouvoir sur les jeunes chrétiennes issues de familles pauvres et marginalisées. Il s’agit d’une violence qui tend à réaffirmer la soumission aux musulmans. Le reste de la société ne s’indigne pas parce que les victimes appartiennent en majorité aux minorités religieuses, qui sont les plus vulnérables. Les violeurs sont rarement punis ». En outre, il affirme que « les victimes de viol affrontent des difficultés terribles. Elles ne reçoivent pas de traitement sanitaire adéquat suite aux agressions sexuelles et n’obtiennent pas justice. De nombreuses jeunes filles demeurent traumatisées et tombent dans la dépression, ayant besoin d’une assistance psychologique ». (PA) (Agence Fides 21/08/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network