http://www.fides.org

Dépêches

2014-07-29

ASIE/TERRE SAINTE - Bombardement dans les environs de la Paroisse catholique de Gaza et endommagement de l’école

Gaza (Agence Fides) – Un bombardement de l’armée israélienne effectué ce matin dans les environs de la Paroisse catholique de Gaza, dédiée à la Sainte Famille, a partiellement détruit l’école paroissiale adjacente, ainsi que le bureau du Curé et un certain nombre de locaux utilisés par la Paroisse. C’est ce qu’indique à l’Agence Fides le Père Jorge Hernandez, Curé de la Sainte Famille. La cible principale du bombardement était une maison se trouvant à quelques mètres du complexe paroissial, maison qui a complètement été rasée par le raid.
A partir de la fin de l’après-midi d’hier, l’armée israélienne avait envoyé des messages de texte (SMS) aux résidents de al-Zeitun – quartier oriental de la ville de Gaza dans lequel se trouve également les Paroisses catholique et orthodoxe –leur intimant de quitter les habitations qui auraient été bombardées par la suite. Beaucoup se sont enfuis mais l’évacuation n’a pas été possible pour ceux qui vivent actuellement dans l’église. Outre le Curé argentin, le Père Jorge Hernandez, de l’Institut du Verbe Incarné, se trouvent dans cet édifice en ces jours de raids aériens les trois religieuses de Mère Teresa ainsi que les 29 enfants handicapés et les 9 femmes âgées dont elles s’occupent. « Nous avons passé une nuit difficile mais nous sommes là. Cette guerre absurde se poursuit. – raconte le Père Hernandez. Après avoir détruit le quartier de Shujayeh, ils prennent maintenant pour cible celui de Zeitun. Tout cela se passe autour de nous. Les miliciens de Hamas continuent à lancer des missiles puis se cachent dans les ruelles et nous ne pouvons absolument rien faire. Nous ne pouvons évacuer : cela est impossible avec les enfants. Leurs familles vivent ici, dans les alentours, et il peut être plus dangereux de sortir que de demeurer ici. Nous cherchons à rester dans les lieux les plus sûrs, toujours au rez-de-chaussée ».
« Il s’agit d’une spirale absurde : les deux parties au conflit – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr William Shomali, Vicaire patriarcal du Patriarcat de Jérusalem des Latins – doivent écouter la voix de la raison, arrêter ce massacre et se rendre à une vraie négociation avec l’intention réelle d’affronter et de résoudre les problèmes. Autrement, toute cette violence continuera à se répéter de manière cyclique, les mêmes causes continuant à produire les mêmes effets ». (GV) (Agence Fides 29/07/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network