http://www.fides.org

Dépêches

2014-06-17

ASIE/SYRIE - Réactivation des puits de la part des églises dans une ville d’Alep encore privée d’eau

Alep (Agence Fides) – Depuis deux jours, la ville d’Alep se trouve à nouveau privée d’eau. La suspension répétée des fournitures hydriques au cours de ces dernières semaines est devenue un instrument de pression entre les mains des milices rebelles qui encerclent la métropole du nord de la Syrie et ont sous leur contrôle les stations de pompage. Périodiquement, et malgré les interventions de sensibilisation et de médiation des opérateurs de la Croix Rouge et du Croissant Rouge, la distribution d’eau est suspendue et, depuis des jours, la population fait l’objet de la énième punition collective, encore plus oppressante au cours des mois d’été. « Dans nos églises et dans les mosquées – indique à l’Agence Fides l’Archevêque arménien catholique d’Alep, S.Exc. Mgr Boutros Marayati – pour faire face à l’urgence, nous avons réactivé les anciens puits qui garantissent l’accès aux nappes phréatiques. Les familles viennent prendre de l’eau pour se laver et laver les vêtements ». Mais il arrive également que cette même eau soit utilisée pour se désaltérer même si elle n’est pas potable, ce qui augmente le risque d’infections et d’épidémie.
Ces jours derniers, Mgr Marayati s’est rendu, en compagnie de l’Evêque orthodoxe d’Alep, en visite dans le quartier d’al-Maidan, habité par un grand nombre d’arméniens et soumis depuis des semaines à des tirs massifs de missiles de la part des rebelles. « Nous avons trouvé des maisons et des écoles détruites – indique l’Archevêque – et de nombreuses personnes réfugiées dans les locaux des églises, elles aussi prises pour cibles. Tous sont pris par les besoins de la survie au quotidien. A cela, vient s’ajouter l’inquiétude due aux nouvelles parvenant de l’extérieur, comme la conquête de la ville irakienne de Mossoul de la part des islamistes. Qu’une aussi grande ville puisse tomber de cette manière, d’un jour à l’autre, est vu chez nous comme un signe préoccupant ». (GV) (Agence Fides 17/06/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network