http://www.fides.org

Dépêches

2014-06-10

ASIE/MYANMAR - Appel en faveur de la paix de la part d’un forum de la société civile après trois années de guerre et d’abus à l’encontre des minorités ethniques

Yangon (Agence Fides) – La fin de la guerre contre les minorités kachin, des violences et des violations des droits fondamentaux, le lancement de négociations sérieuses : c’est ce que demande un forum regroupant plus de 55 organisations birmanes et internationales dont Christian Solidarity International trois ans après la reprise de l’offensive militaire lancée par le gouvernement birman contre les minorités ethniques kachin dans le nord du pays.
En juin 2011, l’armée birmane a violé le cessez-le-feu établi 17 ans plus tôt avec la Kachin Independence Army (KIA) et lancé une vaste offensive militaire contre le peuple kachin. Depuis le 9 juin 2011, plus de 120.000 kachins ont dû évacuer leurs maisons et au moins 200 villages ont été détruits avec pour conséquence une situation d’urgence humanitaire.
Au cours de ces derniers mois, ont eu lieu différents colloques de paix. Toutefois, l’armée birmane a poursuivi son offensive. Les militaires, remarquent les associations dans un document envoyé à Fides, « ont commis des violations des droits fondamentaux en toute impunité. Parmi les abus les plus odieux, se trouvent des accusations crédibles de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui méritent de faire l’objet d’une enquête immédiate (attaques délibérées contre des civils de la part de forces militaires, viols et autres formes de violence sexuelle, exécutions sommaires, détentions arbitraires, tortures et restrictions en ce qui concerne la fourniture d’assistance humanitaire).
A l’occasion du troisième anniversaire de l’offensive, les organisations signataires demandent au gouvernement birman de cesser immédiatement ses attaques dans l’Etat kachin et de respecter pleinement les lois internationales concernant les droits fondamentaux et humanitaires. « Nous demandons la protection urgente des évacués et l’accès humanitaire sans restriction avec le soutien de la communauté internationale ». Le texte invite en outre le gouvernement birman à « fournir un dédommagement plein et entier à tous les évacués suite au conflit afin de leur permettre de reconstruire les maisons, les entreprises, les écoles, les cliniques et les exploitations agricoles ». Enfin, « vu le refus du gouvernement birman de mener des enquêtes et d’agir afin de mettre un terme aux violences, la communauté internationale devrait instituer une enquête indépendante à propos des abus des droits fondamentaux commis à l’égard des kachins ». Les associations demandent à tous les acteurs de faire tous les efforts nécessaires afin de garantir aux minorités ethniques qu’elles puissent « vivre dans la liberté et une paix durable ». (PA) (Agence Fides 10/06/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network