http://www.fides.org

Dépêches

2014-03-05

ASIE/INDE - Liberté religieuse en danger et violence à l’encontre des minorités dans le cadre d’une année électorale…

New Delhi (Agence Fides) – Alors qu’en Inde les élections générales prévues pour mai prochain s’approchent, les tensions et les violences à l’encontre des minorités religieuses du pays augmentent. C’est ce qu’indique le nouveau rapport publié par l’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW) intitulé « India: Communalism in an Election Year » envoyé à l’Agence Fides. Le texte fait état de fortes préoccupations, surtout en ce qui concerne les Etats de l’Orissa, du Karnataka et du Rajasthan. Dans ces derniers, il existe, note le rapport, une pratique répandue de violence à l’égard des communautés religieuses minoritaires, à côté d’un système d’impunité. C’est pourquoi l’ONG affirme qu’il est nécessaire d’être vigilants afin d’éviter d’éventuelles « épidémies de violence », surtout dans les zones où des groupes extrémistes hindous fomentent des tensions entre les communautés tribales. Le rapport met également en évidence la « discrimination légalisée » à l’encontre des dalits chrétiens et musulmans, l’existence d’une législation anti-conversion et la censure imposée par les lois sur le blasphème.
CSW exprime sa préoccupation suite aux pressions croissantes exercées sur les défenseurs des droits fondamentaux, y compris par le biais de harcèlement et de menaces provenant d’organisations extrémistes hindoues. « Protéger et renforcer la défense des droits fondamentaux en Inde est un impératif » affirme le texte.
L’ONG a élaboré son rapport également suite à la visite en Inde d’Heiner Bielefeldt, Rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de religion ou de credo, qui s’est rendu dans les villes de Delhi, Ahmedabad, Bangalore et Bhubaneswar.
Les préoccupations concernant la liberté de religion en Inde ont fait l’objet de davantage d’attention au cours de ces derniers mois après l’explosion des violences à l’encontre des musulmans à Muzaffarnagar, en septembre dernier, et la nomination de Narendra Modi – personnage ayant par le passé encouragé les tensions intercommunautaires – comme candidat Premier Ministre du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party. Dans une note envoyée à Fides, le Directeur exécutif de CSW, Mervyn Thomas, affirme : « En cette année d’élections générales, les craintes concernant les violences à l’encontre des minorités religieuses s’intensifient. Nous sommes particulièrement préoccupés par l’impunité après les cas de violence tant à grande échelle que dans des zones circonscrites ». (PA) (Agence Fides 05/03/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network