http://www.fides.org

Dépêches

2013-12-19

AMERIQUE/NICARAGUA - Appel de l’Evêque de Juigalpa en faveur d’un dialogue national visant à rechercher des solutions au grave problème des prisons

Juigalpa (Agence Fides) – Face à la surpopulation, aux conditions dégradées des prisons du pays et aux cas d’abus dans les établissements de peine de Juigalpa, l’Evêque du lieu (sis dans la zone de San Juan et Rio Chontales), S.Exc. Mgr René Sócrates Sándigo Jirón, a suggéré au Ministre Ana Isabel Morales de promouvoir un dialogue national afin d’affronter la question et d’unir les efforts dans la recherche de solutions adaptées.
Dans une note parvenue à l’Agence Fides par une source locale, on peut lire : « Les prisons constituent une bombe à retardement et malgré cela, l’Eglise catholique, au cours des ans, a toujours accordé son soutien afin de faire face aux besoins des détenus ». Mgr Sándigo Jirón ajoute : « auparavant, il y avait une plus importante disponibilité des fidèles pour ce type d’engagement et d’aide. Aujourd’hui, le canal d’accès connaît de nombreux obstacles et ceci a provoqué une baisse de l’enthousiasme chez les bénévoles, ce qui à son tour a causé une diminution des aides ».
L’Evêque insiste sur la nécessité de « s’ouvrir au dialogue, à la recherche d’une solution. Aujourd’hui, nous devons remercier les informations qui proviennent de l’intérieur parce qu’il existe un journalisme d’enquête qui met en évidence de telles situations ». Enfin, il a rappelé que l’Eglise nourrit une forte préoccupation pastorale pour l’ensemble de la population, même si la pastorale des prisons est l’une des plus importantes.
Au Nicaragua, l’Eglise catholique, au travers de ses opérateurs pastoraux, est présente depuis toujours dans les prisons (voir Fides 02/03/2012), non seulement en vue de l’assistance aux détenus mais également en ce qui concerne la défense de leurs droits. Des nouvelles recueillies par Fides, la situation dans les prisons est terrible. Les détenus se trouvent à 40 dans des cellules construites pour 5 ou 7 personnes. Ils doivent même dormir à tour de rôle du fait du manque de place, si ce n’est en position debout (à Rivas). Il existe des lieux tels que Juigalpa, Granada, Chinandega, Tipitapa et Jinotega, où la population carcérale est bien supérieure à la moyenne. Il semble que la situation ne soit contrôlée que dans la capitale. (CE) (Agence Fides 19/12/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network