http://www.fides.org

Dépêches

2013-08-28

ASIE/SYRIE - Pour le Prix Nobel de la Paix 1976, « une action militaire déstabiliserait le Moyen-Orient. Une solution politique est urgente »

Belfast (Agence Fides) – « Une action militaire des forces américaines ou de l’OTAN ne résoudra pas les problèmes de la Syrie. Elle pourrait en revanche porter à la mort de milliers de syriens et au broyage de la Syrie. Ce qui causera une fuite ultérieure des syriens dans les pays limitrophes et déstabilisera l’ensemble du Moyen-Orient, laissant la zone en proie à une violence incontrôlée ». Tel est l’avertissement lancé par Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix en 1976 pour son action en Irlande du Nord et responsable de l’ONG Peace People.
Dans une note envoyée à Fides, Mme Maguire, qui a accompli une mission de paix en Syrie en mai 2013, explique : « Le peuple de Syrie demande à grands cris la paix et la réconciliation ainsi qu’une solution politique à la crise syrienne qui continue à être enflammée par des forces extérieures, au travers de milliers de combattants étrangers, financés par des pays tiers en vue de leurs propres intérêts politiques ». Mme Maguire raconte avoir rencontré en Syrie de nombreuses personnes et de nombreux groupes qui, même dans le cadre d’un conflit civil, « travaillent à la construction de la paix et de la réconciliation ».
Dans le scénario actuel et à propos de l’usage d’armes chimiques, Maguire demande que « la lumière soit faite, en permettant aux inspecteurs de l’ONU de constater la vérité au travers de preuves irréfutables ». Encourageant donc le travail de la Commission d’enquête internationale, le Prix Nobel de la Paix fait appel aux Ministres des Affaires Etrangères français et britannique afin que, « ainsi que le souhaite le peuple syrien, ils suivent le dialogue et les négociations comme voie de résolution du conflit ».
Rappelant l’échec des actions militaires en Irak, en Afghanistan et en Libye, la note se conclut en ces termes : « La violence n’est pas la réponse. Cherchons de fournir une possibilité à la paix ». (PA) (Agence Fides 28/08/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network