http://www.fides.org

Dépêches

2013-05-13

ASIE/PAKISTAN - Pour le Directeur de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale, « la démocratie se renforce, une confrontation constructive avec le nouveau Premier Ministre » est en cours

Lahore (Agence Fides) – Après les élections générales, qui ont vu la nette victoire de Nawaz Sharif, responsable de la Pakistan Muslim League–N, « les espoirs sont bons, une confrontation constructive a déjà été mise en place. Sharif a une bonne approche envers les pakistanais non musulmans. Nous espérons pouvoir affronter des questions urgentes pour les chrétiens. Prions pour l’avenir » : c’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Yousaf Emmanuel, Directeur de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Pakistan. Alors que les résultats définitifs sont encore attendus, Sharif se voit crédité de 130 sièges sur un total de 272 à la Chambre des Représentants. S’agissant là d’une majorité relative et non pas absolue, Sharif a lancé des colloques et des contacts informels afin de former un gouvernement de coalition.
Le Père Emmanuel s’exprime tout d’abord sur le scrutin : « La preuve de démocratie a été réussie. La population n’a pas eu peur et l’a emporté sur les tentatives de déstabilisation. Les élections ont été régulières et transparentes. C’est un bon signe de démocratie pour le Pakistan. La Commission électorale a fait de son mieux. La violence préélectorale a représenté un défi pour toute la nation – explique-t-il – mais les extrémistes n’ont pas gagné. La population a voté avec une affluence aux urnes de 60%, ce qui est un succès pour le Pakistan ».
Les perspectives concernant le prochain gouvernement Sharif semblent encourageantes y compris pour les minorités religieuses. « Avant le vote, nous avons rencontré Sharif avec de nombreux autres responsables non musulmans, avec des Evêques, des hindous, des sikhs et d’autres encore. Son approche des minorités est bonne. Nous avons présenté des questions urgentes à nos yeux. In primis, il est temps que tous les partis reconnaissent que nous sommes tous des pakistanais : nous ne sommes pas des minorités mais pleinement citoyens et le Premier Ministre en a convenu. Nous avons parlé de la discrimination dans les écoles et au sein de la société et Sharif en est conscient. Sharif a fréquenté une école catholique, le St Anthony College de Lahore, et l’instruction est un point qu’il a cité : il apprécie l’effort des chrétiens dans ce secteur ». « Nous avons également évoqué le thème du blasphème. Nous demandons à ce que la loi ne fasse pas l’objet d’applications abusives et que ceux qui en abusent soient punis. Il est urgent de bloquer par une loi ceux qui appellent à la violence depuis les micros des mosquées ».
Le Père Emmanuel poursuit : « Un point important a été l’économie », un thème qui a été traité par Sharif au cours de l’ensemble de la campagne électorale. « Nous avons parlé de crise énergétique et de politiques industrielles ayant pour but de créer de meilleures conditions de vie pour les chômeurs, les pauvres, les marginalisés : nous partageons les appréhensions, surtout celles concernant les jeunes ». Par ailleurs, a également été abordé le problème « des talibans et des groupes extrémistes qui dérangent le pays. Le prochain gouvernement travaillera en faveur de l’harmonie et je suis certain qu’il confirmera l’existence d’un ministère spécifique chargé de l’Harmonie » déclare le prêtre.
Il conclut : « J’espère que débutera une époque de collaboration et de confrontation constructives entre les Eglises qui sont au Pakistan et les responsables civils sur toutes les questions importantes. Sharif a reconnu entre autre notre contribution au pays, y compris dans le domaine de la Défense, faisant mémoire de Cecil Chaudry, officier général chrétien et héros national que Sharif connaissait très bien. Nos espoirs sont bons. Prions pour le bien du pays, pour un avenir de paix et de développement ». (PA) (Agence Fides 13/05/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network