http://www.fides.org

Dépêches

2013-03-26

ASIE/JORDANIE – Selon le Président de la Caritas, les réfugiés syriens sont plus de 500.000

Amman (Agence Fides) – Les réfugiés syriens se trouvant sur le territoire jordanien ont désormais dépassé le seuil des 500.000. C’est ce qu’indique à l’Agence Fides Wael Suleiman, Directeur de Caritas Jordanie. « Chaque jour – explique Suleiman – de 1.000 à 2.000 réfugiés entrent en Jordanie. Au cours de la seule journée d’hier, on en a compté 1.700. Le dernier rapport publié concernant cette urgence humanitaire estime que les réfugiés seront 1,5 millions d’ici décembre. La situation deviendra alors insoutenable pour la Jordanie ».
Selon le Directeur de la Caritas locale, la situation risque de bousculer les initiatives d’accueil pourtant généreuses. « En tant que Caritas – explique Suleiman – nos bénévoles et nos employés ont vu leur nombre plus que tripler depuis le début du flux de réfugiés. Actuellement, les bénévoles sont plus de 200 et les employés plus de 150. Mais cela ne suffit pas. Hier, je me suis rendu à Zarqa et j’ai vu notre point Caritas entouré par une multitude de personnes qui demandait de l’aide ».
Le gouvernement jordanien a démenti la nouvelle selon laquelle hier s’était vérifiée une fermeture des frontières. « Une fermeture des frontières – fait remarquer le Directeur de Caritas Jordanie – est de facto impossible. Même si les postes frontières devaient être fermés, la frontière entre la Syrie et le Royaume hachémite est longue de 360 Km et ne peut être surveillée de manière systématique ».
L’urgence que constitue les réfugiés en Jordanie est aggravée également par les retards qui ont empêché jusqu’ici l’inauguration du deuxième camp de l’ONU, encore en cours d’installation à 20 Km de Zarqa et dont l’ouverture était considérée comme imminente dès décembre dernier. La nouvelle structure est destinée à décongestionner le camp de Zaatari, situé en plein désert, où se trouvent 50.000 réfugiés massés dans des conditions insoutenables. Mais les travaux d’agrandissement du nouveau camp de réfugiés retardent le transfert prévu de femmes et d’enfants provenant de Zaatari. (GV) (Agence Fides 26/03/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network