AFRIQUE/EGYPTE - Vers la création d’un Création des Eglises chrétiennes en Egypte grâce à la sensibilité œcuménique du Patriarche orthodoxe copte Tawadros II ?

vendredi, 11 janvier 2013

Le Caire (Agence Fides) – Le nouveau climat d’ouverture et de collaboration qui s’est instauré ces derniers mois entre les différentes communautés chrétiennes égyptiennes pourrait conduire prochainement à l’institution d’un Conseil des Eglises chrétiennes en Egypte. C’est ce qu’indique à l’Agence Fides l’Evêque auxiliaire d’Alexandrie des coptes catholiques, S.Exc. Mgr Botros Fahim Awad Hanna, ajoutant qu’une telle intention partagée pourrait se préciser à l’occasion de l’imminente semaine de prière pour l’unité des chrétiens, qui sera célébrée du 18 au 25 janvier. « Récemment, notamment pour aider à un discernement commun des faits et des phénomènes liés au printemps arabe – explique l’Evêque à Fides – ont eu lieu plus de 10 rencontres entre les représentants des différentes confessions chrétiennes. Il s’agit maintenant de rédiger les statuts d’un organisme qui exprime une position partagée des chrétiens égyptiens surtout dans le domaine des questions politiques et sociales ».
Le nouveau climat de dialogue et de proximité entre les chrétiens a reçu une contribution décisive de Tawadros II, Patriarche de l’Eglise copte orthodoxe depuis le 4 novembre dernier. Le mardi 8 janvier, Tawadros II a accueilli S.Em. le Cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales dans le cadre de la visite que ce dernier a fait en Egypte. En décembre, à l’occasion des fêtes de Noël, le Patriarche copte orthodoxe a voulu rendre personnellement hommage à tous les chefs des Eglises chrétiennes présentes en Egypte qui suivent le calendrier grégorien au travers d’une visite. « A cette occasion – indique Mgr Hanna – il a exprimé le désir de nous rencontrer au moins une fois par mois. Le nouveau Patriarche se montre conscient de l’importance cruciale du chemin œcuménique et, dans le même temps, révèle son profil de pasteur. Il a déclaré : les questions doctrinales, nous devons les laisser aux théologiens. Nous, en tant que pasteurs, nous devons exprimer devant tous notre affection fraternelle dans la charité réciproque. Il faut rappeler que sa devise est tirée de la première Lettre de Saint Paul aux Corinthiens : la charité ne finira jamais ».
Sur le terrain œcuménique, les observateurs enregistrent des signaux de discontinuité par rapport à son prédécesseur Chénouda III, dont l’approche théologique n’était pas immune de préjudices envers les autres Eglises chrétiennes. Au cours du long patriarcat de Chénouda III, était demeuré en vigueur l’usage de procéder à nouveau au baptême des frères séparés qui décidaient d’entrer dans l’Eglise copte orthodoxe. (GV) (Agence Fides 11/01/2013)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network