AFRIQUE/EGYPTE - Pour le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II, l’idée de diviser l’Egypte pour créer un « Etat copte » relève du délire

lundi, 7 janvier 2013

Le Caire (Agence Fides) – Les responsables de la diaspora copte ayant lancé l’idée d’une division de l’Egypte en vue de la création d’un Etat-enclave copte sont des « déséquilibrés ». C’est ce qu’affirme le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II en personne, deux mois après son intronisation à la tête de la plus importante communauté chrétienne présente dans un pays arabe. Dans un entretien accordé à l’agence turque Anadolu à l’occasion du Noël copte, entretien qui a été repris par les media égyptiens, le Patriarche Tawadros II a affirmé avec force que « l’Eglise fait partie intégrante de cette Egypte qui ne sera pas divisée, qui est unie depuis l’époque du pharaon Menes et le restera pour toujours ». Le Patriarche a également ajouté que la condition des coptes dans le nouveau cadre politique dominé par les courants islamistes « ne représente pas une crise » faisant remarquer que des incidents confessionnels ont parsemé la chronique égyptienne au cours de ces dernières décennies. Le Patriarche a également réaffirmé que les réserves des coptes concernant la nouvelle Constitution ne peuvent être interprétées comme une réaction de caractère sectaire. Elles expriment seulement leur préoccupation face à des articles de la charte constitutionnelle qui « ne sont pas cohérents avec les principes de citoyenneté ».
Au cours de la veillée de Noël, les militants d’un certain nombre de partis égyptiens ont exposé des banderoles portant des vœux en face de la Cathédrale Saint Marc où le Patriarche a célébré la solennité liturgique de Noël. A la célébration, étaient présentes de nombreuses personnalités politiques de l’opposition, y compris l’ancien Secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa. Le Président Morsi a rendu hommage par téléphone au Patriarche, envoyant comme représentant à la liturgie de Noël son Chef de Cabinet, Refaa El-Tahtawi. Selon des sources locales contactées par l’Agence Fides, la demande du Patriarche visant à ce que l’entrée dans l’église des responsables politiques ne soit accompagnée d’aucun applaudissement ou cri a été respectée. Déjà en novembre, le nouveau Patriarche orthodoxe avait demandé que les fidèles s’abstiennent d’applaudir durant les célébrations liturgiques, respectant les églises comme maisons de Dieu. (GV) (Agence Fides 07/01/2013)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network