ASIE/SYRIE - Selon le Vicaire apostolique d’Alep des Latins, les autorités d’Alep ont apprécié les paroles du Pape - églises pleines à l’occasion de Noël

vendredi, 28 décembre 2012

Alep (Agence Fides) – Le gouverneur d’Alep, Mohammad Vakhid Akkad, accompagné par d’autres autorités politiques locales, a voulu rencontrer, hier, 27 décembre, les Evêques et prêtres catholiques réunis dans la métropole syrienne afin de leur présenter leurs vœux à l’occasion des fêtes de Noël. A cette occasion, le gouverneur a exprimé sa satisfaction pour les phrases que Benoît XVI a dédiées à la tragique situation syrienne dans son Message de Noël. C’est ce qu’indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Giuseppe Nazzaro OFM, Vicaire apostolique d’Alep des Latins. « Hier – indique l’Evêque franciscain – nous, Evêques, ainsi que les prêtres catholiques d’Alep, étions réunis pour notre retraite mensuelle. Cette année, vue la situation, nous avions annulé les traditionnelles visites officielles qui ont lieu à l’occasion de Noël. Mais le gouverneur a été informé de notre rencontre et il a voulu venir lui-même nous saluer et nous dire également qu’il avait apprécié les paroles intenses que le Pape avait prononcé le jour de Noël en faveur de la paix en Syrie. Les chefs des nations – commente Mgr Nazzaro – doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir afin de bloquer le conflit : ils détruisent actuellement un pays entier et quiconque prévaudra se trouvera à la fin à faire face à un amas de ruines, humaines et matérielles ».
La région d’Alep continue à être le théâtre de combats. Au cours de ces derniers jours, les rebelles et les loyalistes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport militaire. Dans ce contexte, l’Evêque reconnaît que de nombreux chrétiens ont pu vivre dans la ville « dans la sainte joie chrétienne » au moins le jour de Noël. « Les Messes – raconte-t-il à Fides – au soir du 24 décembre ont été anticipées afin de permettre à tous de retourner chez eux tôt. J’ai célébré dans la Cathédrale à 16h00 alors qu’en Paroisse, la Messe a débuté à 17h00. Le 25 décembre également, aux Messes de 10h00 et de 12h00, la Cathédrale et la Paroisse de rite latin étaient bondées de fidèles. Cela a été le cas également dans les églises d’autres rites. Ce qui est surprenant si l’on pense que nombreux sont ceux qui ont fui la ville ou l’ont évacué. En ce moment, tous viennent à l’église à la recherche de réconfort et d’une parole de consolation, qu’ils ne trouvent nulle part. On entend des coups de feu et des canonnades partout. Nous ne comprenons pas d’où ils proviennent et où ils arrivent. Nous savons seulement qu’ils portent partout la mort et la destruction ». (GV) (Agence Fides 28/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network