http://www.fides.org

Asia

2012-12-19

ASIE/PHILIPPINES - Le Président Aquino signera la loi sur la « santé reproductive » d’ici la fin de l’année - Pour l’Eglise, « il agit comme un dictateur »

Manille (Agence Fides) – Le dernier acte avant l’entrée en vigueur de la loi sur la « santé reproductive » (Reproductive Health Bill) à savoir la signature du Président Benigno Aquino, interviendra d’ici la fin de 2012. C’est ce qu’a annoncé le Président en personne en marge de l’approbation du budget de l’Etat pour 2013. Le Parlement philippin a donné un avis favorable au projet au cours de deux sessions : d’abord à la Chambre (voir Fides 13/12/2012) puis au Sénat où la mesure a été adoptée lundi 17 décembre par 13 voix contre 8. Est désormais prévue une session plénière des deux Chambres afin d’harmoniser les deux textes avant la ratification présidentielle qui marquera l’entrée en vigueur de la loi. La norme en question introduit le financement public de politiques de planification familiale et de contrôle des naissances, y compris des campagnes destinées à faciliter l’accès aux anticonceptionnels.
L’Eglise catholique, qui, au travers des groupes pro-vie, a combattu cette norme, a réagi durement face au comportement du Président Aquino. S.Exc. Mgr Gabriel Reyes, Evêque d’Antipolo et Président de la Commission épiscopale Famille et Vie, a ainsi déclaré sa préoccupation pour la nation. « Nous sommes déjà comme en dictature parce que l’exécutif contrôle le Congrès et la magistrature » a-t-il affirmé dans une note envoyée à l’Agence Fides. L’Evêque, tout comme nombre d’autres observateurs, affirme que le Président a « acheté le vote » en ayant recours au « pork barell », la contribution que les parlementaires reçoivent afin de financer des projets spécifiques dans leurs districts d’origine. Au moins cinq membres du Congrès ainsi que d’autres parlementaires, remarque l’Evêque, « ont changé de position à cause de la pression de Malacañang » (palais de la Présidence de la République NDR), ajoutant que « ceci peut devenir une menace pour la démocratie du pays ». L’Evêque de Bacolod, S.Exc. Mgr Vicente M. Navarra, a invité pour sa part les fidèles à « obéir à Dieu et non aux hommes ».
Dans le budget de l’Etat qui vient d’être adopté, le Ministère de la Santé dispose de 51,1 milliards de pesos de crédits qui, comme l’a confirmé le gouvernement, comprennent les fonds destinés à fournir des services d’éducation sexuelle dans les écoles et à offrir une assistance publique en matière de contraceptifs et de méthodes de planification familiale. (PA) (Agence Fides 19/12/2012)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network