VATICAN - Message de S.Em. le Cardinal Filoni aux séminaristes de Gulu : « apprenez à « demeurer avec Lui » puis à être ses missionnaires, prenant avec eux ce qu’ils ont appris de Jésus pour le porter aux autres »

samedi, 15 décembre 2012

Arua (Agence Fides) – « Quel type de prêtre veux-je être ? Un prêtre qui témoigne du Christ parce qu’il croit, aime et le démontre dans son action et dans sa vie ? » : telles sont quelques-unes des questions que S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, a posé aux séminaristes de la Province ecclésiastique de Gulu, au terme de l’homélie de la Messe qu’il a célébré pour eux ce matin dans la Paroisse du Vicariat de Moyo, dans le cadre des célébrations conclusives du Centenaire de l’évangélisation du nord de l’Ouganda (voir Fides 12/12/2012 et des jours suivants).
D’autres interrogations posées par le Cardinal ont été : « Quel type de prêtre veux-je être pour l’Eglise un demi siècle après le Concile Vatican II ? Suis-je prêt à assumer le patrimoine acquis et construit par le labeur dur et intrépide, par le sang versé par de nombreux martyrs, par de saints missionnaires, hommes et femmes de foi ? Le Christ et l’Eglise peuvent-ils me faire confiance ? Suis-je vraiment prêt à servir dans la chasteté du célibat en tant que don total au Christ ? Ai-je le cœur du Christ pour édifier l’Eglise et entreprendre l’évangélisation au XXI° siècle ? » « La réponse vous appartient désormais » a conclu le Préfet du Dicastère missionnaire.
Dans son homélie, le Cardinal Filoni a mis en évidence la signification de ce temps de formation pendant lequel les candidats apprennent en premier lieu à « demeurer avec Lui » afin de « Le connaître, d’écouter ce qu’Il dit, d’être formés par Lui » puis pour « être des missionnaires qui sortent, qui prennent avec eux ce qu’ils ont appris de Jésus pour le porter aux autres ». La période du séminaire, a affirmé le Cardinal Préfet, « est un temps de discernement, un temps destiné à l’apprentissage, un temps pour la vocation. Et pourtant, tout cela n’est pas possible sans une vie de prière en développement continuel et sans approfondissement ». Enfin, l’étude est une partie très importante de la préparation au sacerdoce, « vitale et essentielle » a souligné le Préfet du Dicastère missionnaire, citant de manière particulière Africae munus, l’Exhortation apostolique post-synodale sur l’Eglise en Afrique du Saint-Père Benoît XVI. (SL) (Agence Fides 15/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network