ASIE/SYRIE - Témoignage de l’Evêque maronite de Lattaquié : « Les chrétiens, cibles d’islamistes radicaux et de bandits »

jeudi, 13 décembre 2012

Lattaquié (Agence Fides) – Dans la zone de Lattaquié, Tartus et Tal khalakh, ainsi que dans la « vallée des chrétiens », « règne le chaos : des milices islamistes et des bandes criminelles profitent de la situation d’instabilité générale. Les civils chrétiens constituent l’objectif d’enlèvements et sont pris pour cibles par des groupes armés caractérisés par une idéologie fondamentaliste » : telle est l’alarme lancée par S.Exc. Mgr Elias Sleiman, Evêque maronite de Lattaquié qui, dans une note parvenue à l’Agence Fides, exprime de fortes craintes s’agissant du sort de la population chrétienne de Syrie.
« Les chrétiens, soit 10% de la population syrienne – remarque l’Evêque – ne prennent position ni pour l’une ni pour l’autre des factions en conflit mais ils veulent seulement la paix, le dialogue et la reconstruction du pays. A cause de notre foi, nous ne croyons pas à la violence mais à la réconciliation. Maintenant, nous craignons fortement les islamistes radicaux : nombreux sont les mercenaires fondamentalistes qui veulent altérer la nature du peuple syrien et instiguer à la guerre confessionnelle ».
« Les fidèles chrétiens – explique-t-il – même s’ils sont menacés, ne prennent pas les armes parce qu’ils ne veulent pas le pouvoir. Nous voulons la paix et non les armes, ainsi que l’a rappelé le Pape Benoît XVI lors de sa visite au Liban ». Exprimant sa crainte que la Syrie « ne devienne un autre Irak, avec un exode massif de fidèles », Mgr Sleiman réaffirme que « l’Eglise en Syrie, dans ses différentes expressions et confessions, est solidaire de ceux qui veulent rester sur leur propre terre ». C’est pourquoi – ajoute-t-il – « nous faisons beaucoup pour les évacués qui, entre la vallée des chrétiens, Lattaquié et Tartus, sont plus de 100.000. Les évacués chrétiens étaient arrivés ici parce que ce lieu était caractérisé par plus de stabilité que d’autres zones, où les combats faisaient rage. Mais maintenant, le conflit est arrivé ici aussi et la stabilité se perd alors que le chaos s’accroît ». « Notre terre est une terre de martyrs. Nous ne la quitterons pas – prophétise l’Evêque – même si nous sommes ou si nous serons soumis à des pressions. Nous sommes forts dans la foi malgré les épreuves et nous chercherons toujours à être un facteur de cohésion et un signe de réconciliation au sein de la société syrienne, aujourd’hui et demain » conclut-il. (PA) (Agence Fides 13/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network