VATICAN - Message de S.Em. le Cardinal Filoni aux laïcs de Gulu : « soyez toujours des hommes et des femmes de bonté, de réconciliation, de sainteté de vie chrétienne et de paix »

jeudi, 13 décembre 2012

Arua (Agence Fides) – « Je ne peux m’empêcher de vous exprimer, chers frères et sœurs, toute ma satisfaction pour le service désintéressé que vous rendez si bien au Christ et à l’Eglise par le biais de votre enseignement du catéchisme, de votre ouverture charitable envers les plus nécessiteux, de votre éducation des jeunes, de votre réconciliation entre les familles ou les groupes divisés, de votre assistance aux personnes âgées, de votre aide dans les Paroisses et de votre aide dans le cadre des liturgies dominicales, en bref de votre dévouement au travers de toute forme d’apostolat et d’animation missionnaires. Soyez toujours des hommes et des femmes de bonté, de réconciliation, de sainteté de vie chrétienne et de paix ». Telle est l’exhortation que le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, a adressé ce matin aux fidèles laïcs de la Préfecture ecclésiastique de Gulu, en Ouganda, au cours de la célébration eucharistique qu’il a présidé en la Cathédrale du Diocèse d’Arua à l’occasion du centenaire de l’évangélisation (voir Fides 12/12/2012). A cette fête jubilaire d’Arua, se sont en effet unies les autres circonscriptions composant la Province ecclésiastique de Gulu, lesquelles ont depuis peu commémoré elles aussi cet événement : l’Archidiocèse de Gulu (2011) et les Diocèses de Lira (2011) et de Nebbi (2010).
Saluant les Evêques et les prêtres présents, le Cardinal a remercié de l’invitation à participer « à ce Centenaire de l’évangélisation de cette terre bénie, où de saints missionnaires, religieux et religieuses, ont littéralement dépensé leur vie afin de faire naître cette Eglise à Arua… Nous ne pouvons pas permettre que ce Centenaire spécial passe sans nous arrêter pour réfléchir, pour prier et pour rendre grâce à Dieu avec un sens de gratitude envers tous ceux qui ont porté l’Evangile en ce lieu. Nous sommes les héritiers de cette grande œuvre d’évangélisation qui est aujourd’hui entre nos mains. Nous qui aimons le Baptême que nous avons reçu, nous avons le devoir sacré de continuer leur œuvre, chacun selon l’appel et la grâce que Dieu nous a confiés : en tant qu’Evêques, en tant que prêtres, en tant que personnes consacrées et en tant que fidèles laïcs ».
Dans son homélie, le Cardinal Filoni s’est attardé en particulier sur le temps liturgique de l’Avent : « Au début de chaque nouveau cycle annuel, la Liturgie sacrée invite l’Eglise à renouveler son annonce divine à tous les peuples et le résume en deux mots : « Dieu vient »… Non pas au passé (« Dieu est venu ») ni au futur (« Dieu viendra ») mais bien au présent : « Dieu vient ». Ceci implique un présent continu, c’est-à-dire un acte toujours continu. Cela est arrivé, cela arrive actuellement et ceci sera le cas également à l’avenir. En tous ces moments, « Dieu vient ». Proclamer simplement ces deux mots équivaut à annoncer Dieu Lui-même qui est essentiellement le « Dieu qui vient ». Le temps de l’Avent invite tous les croyants à devenir davantage conscients de cette vérité et à agir en conséquence ». (SL) (Agence Fides 13/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network