ASIE/SYRIE - Appel des chrétiens assyriens de l’opposition syrienne : « bloquez les groupes salafistes »

vendredi, 7 décembre 2012

Hassaké (Agenzia Fides) – Il est urgent de bloquer le groupe salafiste Jubhat Al Nosra qui sème actuellement la terreur en Mésopotamie. Tel est l’appel lancé à la nouvelle « coalition nationale de la révolution et de l’opposition » (CNS) par la Assyrian Democratic Organization (ADO), groupe chrétien qui fait partie de l’opposition syrienne. Dans un communiqué envoyé à Fides, l’ADO se déclare « indignée par le fait que des éléments armés du groupe salafiste Jubhat Al Nosra, qui combattent aux côtés de l’armée syrienne de libération, terrorisent les civils et séquestrent impunément des propriétés chrétiennes dans la région d’Hassaké » dans l’est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie. L’ADO dispose d’une présence significative dans la zone et de nombreux chrétiens ayant fui le village de Ras El Ain, à la frontière avec la Turquie, se sont réfugiés à Hassaké (voir Fides 30/11/2012).
La note stigmatise « des pratiques et des comportements répréhensibles de la part de certains éléments de l’armée libre ou de groupes affiliés dans les localités de Ras El Ain, Tel Amr et Raqqa, comme des atteintes à la propriété privée et des saccages », signalant « l’irruption dans l’église syro-orthodoxe de Ras El Ain, la profanation de symboles chrétiens tels que des croix et des images sacrés et la dévastation de l’école syrienne du village ».
L’ADO, rappelant que pendant des décennies, ses membres ont subi des arrestations arbitraires de la part du régime syrien, remarque que « aujourd’hui, certains chrétiens assyriens, suspectés d’être des partisans du régime, ont été enlevés afin de contraindre leurs enfants à combattre aux côtés des rebelles » qualifiant ces actes de « répétition de la praxis du régime ».
Des éléments salafistes ont érigé des barrages routiers en direction de Tal Tamr, en particulier, interceptant les véhicules de passage, « menacent et insultent les chrétiens et les autres passagers qui appartiennent à des fois différentes ». « Ces pratiques – indique l’ADO – n’ont aucun lien avec les traditions, la culture et les coutumes de la société syrienne, historiquement basée sur la fraternité et sur les valeurs de coexistence et de respect réciproque entre les différentes communautés religieuses ». « Il s’agit de pratiques contraires aux enseignements et aux valeurs de l’islam tolérant – poursuit le texte – qui font du tort à la réputation de la révolution syrienne, détournant ses nobles objectifs afin de fomenter la haine entre les syriens ».
L’ADO invite les forces représentées au sein de la coalition de l’opposition syrienne à « intervenir avec force pour réduire la tension croissante entre arabes et kurdes en Mésopotamie, tension qui a un impact négatif sur la paix et l’unité du tissu social », invitant « toutes les parties au conflit à faire preuve de modération, en respectant les civils et en refusant les provocations et l’intégrisme religieux ». (PA) (Agence Fides 07/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network