ASIE/PAKISTAN - Les talibans du Pendjab, suspectés de l’attentat contre la missionnaire chrétienne

vendredi, 7 décembre 2012

Lahore (Agence Fides) – Birgitta Almeby, la missionnaire chrétienne de 72 ans victime d’un attentat le 3 décembre dernier à Lahore (voir Fides 04/12/2012), se trouve sans connaissance à l’hôpital Jinnah. Le pasteur Liaquat Kaiser, porte-parole des Full Gospel Assemblies of Pakistan (FGA church), la plus ancienne église pentecôtiste présente au Pakistan, à laquelle la missionnaire appartient, indique à Fides : « Elle avait un projectile dans les poumons. Ses conditions sont critiques, comme le disent les médecins, et elle est encore sans connaissance. Je lui rends visite chaque jour et, avec d’autres fidèles, nous prions pour elle, dans sa chambre d’hôpital. Nous espérons que la situation s’améliore rapidement. Elle est entre les mains de Dieu ». A propos des motifs de l’attentat, le pasteur affirme : « Nous ne savons pas qui sont les agresseurs. Il n’existait pas ni tension ni menaces. La police mène l’enquête et nous en attendons des réponses. Nous invitons tous les chrétiens du monde à prier pour Birgitta et pour les chrétiens au Pakistan. Nous prions pour les terroristes afin qu’ils se repentent et comprennent qu’ils jouent avec la vie humaine, qui est ce qu’il y a de plus précieux au monde ».
Comme cela a été indiqué à Fides, selon certains observateurs locaux, la police focaliserait son attention sur les groupes des « talibans du Pendjab ». L’attentat pourrait être un acte de représailles dans la mesure où la missionnaire s’était rangée aux côtés de l’évêque Pervaiz Joseph et du pasteur Baber George, tous deux membres de la FGA church, accusés de blasphème (voir Fides 15/11/2011). Les deux hommes avaient soulevé le problème du mauvais usage de la loi sur le blasphème dans le cadre d’une rencontre avec d’autres responsables religieux. Après avoir reçu des menaces, ils ont dû se transférer dans un lieu plus sûr avec leurs familles.
Le Père Bonnie Mendes, prêtre de Faisalabad, collaborateur de la Caritas Internationalis et du Conseil pontifical Justice et Paix, explique à Fides : « Nous ne disposons pas de certitudes sur ceux qui se trouvent derrière cette attaque. Nous savons cependant que le Pendjab est devenu la base d’un certain nombre d’organisations talibanes qui perpètrent des actes terroristes comme celui-ci. Les talibans ne se trouvent plus seulement dans les zones tribales du Pakistan (FATA). Là, ils entraînent les militants qui opèrent ensuite sur l’ensemble du territoire. Ils prennent souvent pour cible des personnes ayant un impact social sur la communauté, afin de décourager les Eglises et les ONG à s’engager dans le social. D’autre part, les groupes talibans cherchent à acquérir une visibilité au niveau international et échafaudent donc des actes comme cet attentat contre une missionnaire, étrangère et chrétienne ».
Il faut rappeler – remarque le Père Mendes – que, toujours le 3 décembre, des actes de profanation ont été commis dans un cimetière des Ahmadis (secte musulmane) de Model Town, dans la zone même de Lahore où a été commis la tentative de meurtre contre la missionnaire. Et l’aversion des groupes talibans à l’encontre des Ahmadis est bien connue.
Parmi les formations de la « galaxie talibane » actives au Pendjab et suspectées également du meurtre du Ministre catholique Shahbaz Bhatti voici plus d’un ans, se trouvent Jamaat-e-Islami Pakistan, Lashkar-e-Taiba, Lashkar-e-Jhangvi, Sipah-e-Sahaba Pakistan, Jaish-e-Muhammad, Jamaatul Furqan, Harkatul Mujahideen et Harkatul Jehadul Islami. (PA) (Agence Fides 07/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network