AFRIQUE/EGYPTE - Selon le Vicaire apostolique d’Alexandrie, il n’est pas opportun que les chefs des Eglises invitent au boycott du référendum constitutionnel

jeudi, 6 décembre 2012

Alexandrie (Agence Fides) – La nouvelle Constitution que le Président Morsi s’obstine à soumettre à un référendum le 15 décembre prochain « divise le pays et ne peut représenter le texte de référence pour l’unité de la nation. Les réactions négatives de ces derniers jours montrent qu’une vaste partie du peuple est contraire à ce texte, élaboré à toute vitesse, et sa voix ne peut être ignorée ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Adel Zaki OFM, Vicaire apostolique d’Alexandrie. Entre temps, selon l’Evêque de rite latin, il n’est pas opportun que les chefs des Eglises donnent des indications visant au boycott du référendum. « Les Eglises doivent illuminer les consciences et favoriser le discernement sur la base des critères de justice et de sauvegarde du bien commun – affirme Mgr Zaki – mais ensuite chacun doit choisir en conscience, en pleine liberté. Les Eglises ne peuvent demander de manière contraignante au peuple chrétien de boycotter le référendum ». Face à l’augmentation des violences et au spectre de la guerre civile qui plane sur le pays, selon Mgr Zaki, « il faut favoriser le travail des forces de la société civile qui proposent le dialogue entre les parties en conflit ». (GV) (Agence Fides 06/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network