AFRIQUE/KENYA - Après le massacre d’agents de police, le gouvernement déploie l’armée

mercredi, 14 novembre 2012

Nairobi (Agence Fides) – Le gouvernement du Kenya a décidé de déployer l’armée aux côtés de la police dans le cadre des opérations liées à la recherche de la bande responsable du massacre d’agents de police intervenu le 10 novembre dans la localité de Baragoi, dans le nord du pays (voir Fides 13/11/2012). Les assaillants, une bande de voleurs de bétail à laquelle les agents donnait la chasse, ont tué au moins 24 agents de police et 8 réservistes de la police mais selon d’autres sources, les victimes dans les rangs des forces de l’ordre seraient au moins 40. Les estimations sont compliquées par le fait que certains agents sont encore portés disparus dont certains ont été retrouvés vivants.
Les quelques 100 agents de police cherchaient à arrêter une bande d’ethnie Turkana qui, à la mi-octobre, avait volé 500 têtes de bétail à des éleveurs de la tribu Samburu. Le 30 octobre, 12 éleveurs Samburu avaient été tués en tentant de récupérer leur bétail. Le massacre avait poussé la police à organiser une opération de grande ampleur qui s’est cependant conclu par un massacre encore plus grave. Selon la presse kenyane, la population Turkana quitte actuellement la zone par crainte d’être impliquée dans une offensive militaire. Des sources du Diocèse de Marsabit contactées par l’Agence Fides n’ont pas été en mesure de confirmer la nouvelle relative à la fuite de la population mais affirment que la tension est dans tous les cas forte dans la zone en question. (L.M.) (Agence Fides 14/11/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network