AMERIQUE/PEROU - Témoignage de l’Archevêque d’Ayacucho : « Faire mission dans une zone où sont encore présentes les blessures de la violence »

mercredi, 17 octobre 2012

Cité du Vatican (Agence Fides) – Durant une pause des travaux du Synode sur la nouvelle évangélisation à laquelle il participe, l’Agence Fides a rencontré S.Exc. Mgr Salvador Piñeiro García-Calderón, Archevêque métropolite d’Ayacucho et Président de la Conférence épiscopale péruvienne, recueillant son témoignage en vue de la Journée missionnaire mondiale de Dimanche prochain, 21 octobre, témoignage que nous publions ci-dessous.
« Au cours de la Journée missionnaire mondiale, nous sommes appelés à partager la Foi – a déclaré l’Archevêque à Fides – et nous sommes préoccupés parce qu’au Pérou il existe également des lieux où Jésus n’a pas encore été annoncé ou bien qui se sont éloignés de l’Evangile. Au Pérou, existent huit Vicariats apostoliques. La zone de la forêt péruvienne, par exemple, est très difficile à évangéliser parce qu’elle dispose de peu de ressources et que la géographie du territoire est plutôt complexe. Nous pouvons cependant compter sur des religieux qui nous aident depuis plus de 100 ans dans cette tâche missionnaire.
Dans nombre de ces zones, surtout dans les Paroisses, on pense également aux missions au-delà des frontières. Parce que notre mission est de donner la Bonne Nouvelle qui nous fait grandir comme frères, qui nous fait considérer la personne, qui nous fait travailler en faveur d’une société de paix et pour construire une civilisation de l’amour. Lorsque l’Evangile est absent, au contraire, tout est insécurité, doute, violence et mort.
Lorsque l’on parle de Jésus, on rend présent la vie, l’amour, la justice et la paix. Il est beau qu’au cours de la Journée missionnaire mondiale de cette année, le Saint-Père, avec les Evêques qui participent au Synode, puisse canoniser sept bienheureux qui ont travaillé avec les malades et les plus humbles, portant l’espérance et la paix dans des situations difficiles.
Moi aussi, en tant qu’Evêque d’Ayacucho, je travaille comme missionnaire. Dans mon Diocèse, sur mon territoire, je dois aller évangéliser parce qu’il existe des zones difficiles à atteindre à cause de la géographie et des distances. Les populations de ces lieux ont peu entendu parler de Jésus et de l’Evangile et pourtant, nombreux sont ceux qui ont besoin de ce message, parce que dans leur cœur, sont encore vives les blessures de la violence (la zone d’Ayacucho a été en effet, au cours des années passées, le théâtre de violents combats entre l’armée et les guérilleros du Sentier lumineux NDR).
C’est pourquoi, je demande à tout le monde missionnaire de prier également pour Ayacucho, pour mon Eglise, une Eglise très ancienne qui, depuis quatre siècles, annonce l’Evangile dans cette zone. Je demande à tous d’avoir une conscience missionnaire pour parler de Jésus, qui est la source du pardon, de la réconciliation et de la paix. Il est beau de voir cette Eglise, présente au Synode des Evêques, dont les représentants viennent du monde entier, surtout des lieux où Jésus n’a pas encore été trop annoncé, partager leurs expériences et leurs espoirs ». (CE) (Agence Fides 17/10/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network