AFRIQUE/EGYPTE - Libération des deux enfants coptes accusés d’outrage à l’islam - intervention résolutoire attribuée au Président Morsi

vendredi, 5 octobre 2012

Le Caire (Agence Fides) – Le Parquet général égyptien a disposé, hier après-midi, 4 octobre, la libération des deux enfants coptes orthodoxes qui avaient été incarcérés la veille dans une prison pour mineurs après avoir été accusés d’avoir uriné sur un certain nombre de pages contenant des versets du coran dans un village de la province de Beni Suef dans le sud du pays (voir Fides 04/10/2012). Le cas judiciaire n’est cependant pas encore formellement classé. Mais des sources de la communauté copte orthodoxe, tels que Maître Naguib Gebrail, avocat, font savoir que la rapide remise en liberté des deux enfants a été facilitée par une intervention directe du Président égyptien, l’islamiste Mohamed Morsi, à la demande de son assistant copte orthodoxe, Samir Marcos.
Formellement, la détention des deux enfants ne semblait pas conforme aux conventions internationales sur les droits des enfants souscrites par l’Egypte. En réalité, Nabil Nagui Rizq (10 ans) et Mina Nadi Farag (9 ans) avaient été placés en détention par les forces de sécurité notamment pour leur permettre d’échapper à la colère des violents qui, incités notamment par un scheik du village, avaient assiégé le commissariat de police local à la nouvelle de leur arrestation.
« La libération des deux enfants est une bonne nouvelle mais les media égyptiens ne lui ont pas accordé une grande importance » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Botros Fahim Awad Hanna, Evêque auxiliaire d’Alexandrie des Coptes catholiques. Et, aux dires de l’Evêque copte, il se s’agirait pas d’un hasard : « Cela se passe souvent ainsi. Les accusations d’offense à l’islam font toujours grand bruit, s’accompagnant de grande mobilisation de la part de groupes qui soufflent sur le feu. Lorsque, parfois, ces accusations se dégonflent, les personnes accusées sont libérées en sourdine et l’on n’en sait rien ».
Les accusations d’outrage à l’islam intéressant en particulier des coptes ont vu leur nombre augmenter en Egypte après l’affaire du film « l’innocence des musulmans » dont la bande annonce avait été mise en ligne sur Youtube, affaire qui a déclenché des affrontements et des violences dans de nombreux pays à majorité islamique au cours de ces dernières semaines. Une affaire qui semble à Mgr Fahim, encore pleine d’énigmes : « Derrière ce film – déclare-t-il – il y a eu un jeu politique aux contours sombres. Nous devons encore bien comprendre qui l’a réalisé, qui l’a financé, qui l’a mis sur Internet et quel était le but de cette opération ». (GV) (Agence Fides 05/10/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network