AMERIQUE/COLOMBIE - Dix jours après le début du dialogue entre le gouvernement et les FARC, l’Eglise rappelle qu’elle a toujours travaillé pour la paix

vendredi, 5 octobre 2012

Bogotá (Agence Fides) – L'Archevêque de Tunja, ancien Président de la Conférence épiscopale de Colombie, S.Exc. Mgr Luis Augusto Castro Quiroga, a affirmé que la hiérarchie catholique apportera sa contribution à tout ce qui est nécessaire pour assurer le progrès des négociations de paix entre le gouvernement et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie). La note envoyée à l’Agence Fides indique que Mgr Castro Quiroga, parlant au micro d’une radio locale, a affirmé : « le fait que l’Eglise ne soit pas présente à la table des négociations ne veut pas dire qu’elle y soit étrangère parce que les efforts de paix ont reçu et recevront notre collaboration en tant qu’institution religieuse ».
L’Archevêque a ajouté : « Le Président Santos a choisi les personnes dont il a besoin à la table des négociations et ce en fonction des thèmes discutés. Mais ceci ne signifie pas que nous ne soyons pas présents dans ce processus. Nous l’avons accompagné et nous l’avons fait dans la plus grande discrétion et nous continuerons à le soutenir au quotidien ».
Selon ce qu’indiquent les media, les représentants de l’Eglise ont été des collaborateurs clefs dans les contacts exploratoires qui ont porté le gouvernement et les FARC à débuter des colloques de paix. Le gouvernement et les FARC ouvriront les dialogues de paix devant mettre un terme à un demi siècle de conflit armé le 15 octobre à Oslo (Norvège). Ce dialogue se poursuivra ensuite à Cuba, avec le Chili et le Venezuela en qualité d’invités. (CE) (Agence Fides 05/10/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network