AMERIQUE/VENEZUELA - Pour l’Archevêque de Mérida, « le vote est une manière positive de décider l’avenir du pays mais il faut en user de manière consciente »

mardi, 2 octobre 2012

Mérida (Agence Fides) – En vue des prochaines élections présidentielles du 7 octobre, l’Archevêque de Mérida, S.Exc. Mgr Baltazar Enrique Porras Cardozo, a publié un communiqué qui a également été envoyé à l’Agence Fides. Mgr Porras y présente les élections comme « une occasion pour la réflexion sereine et confiante mais ils faut prier » et il expliquent ce que signifie prier : « Il ne s’agit pas de répéter des phrases mais de se mettre devant Dieu qui nous interroge : qu’as-tu fait pour ton frère ? ». Et de continuer : « Sans le respect et la considération pour les autres, quelque soit leur condition, il n’existe aucune possibilité de construire la fraternité. C’est pourquoi les Evêques du Venezuela soulignent la nécessité de la réconciliation et du dialogue. Il faut éviter toute haine et toute violence, tout désir et toute action qui comporte un dommage physique, spirituel ou la mort ».
Mgr Porras rappelle l’importance du devoir civique : « Le vote est une manière positive de participer et de décider l’avenir du pays. Mais il faut en user de manière consciente, en pensant au bien de tous plutôt qu’à son bien propre. Ce ne sont pas mes intérêts qui devraient marquer mes préférences mais le bien social qui permet que la liberté s’élargisse, que l’opposition et l’opinion deviennent un droit, que la vérité prévale sur toute manipulation ou duperie, que la créativité soit notre meilleure contribution à une société au sein de laquelle nous nous trouvons tous, en pensant d’abord aux pauvres et aux défavorisés. Nous risquons de réaliser ou non les valeurs de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, typiques d’une vraie démocratie ».
L’Eglise catholique a demandé expressément à tous « un vote en conscience, dans la liberté et sans violence » (voir Fides 28/09/2012). Alors que le Conseil national électoral a débuté la distribution du matériel nécessaire à l’installation des sièges, la majeure partie de la population se montre encore très incertaine sur le choix du candidat à la présidence pour lequel elle votera. (CE) (Agence Fides 02/10/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network