AMERIQUE/MEXIQUE - Prêtre retrouvé assassiné, la violence n’épargne pas l’Eglise

mardi, 25 septembre 2012

Los Mochis (Agence Fides) – Dimanche 23 septembre, en présence d’un grand nombre de fidèles, la communauté catholique du Doyenné de Sinaloa a accompagné à sa dernière demeure le Père Teodoro Mariscal Rivas, retrouvé assassiné dans son habitation, sise dans le quartier de Santa Fe. Le prêtre, âgé de 45 ans, était né à Tala, Jalisco, et avait la charge pastorale de l’église de Sainte Cécile, se trouvant sur le territoire de la Paroisse de Santo Niño de la Salud, dans le district de Mochicahui, vers le centre du Golfe de Californie, au Mexique. Après les funérailles, la dépouille mortelle du prêtre a été enterrée à Jalisco, sa terre natale.
Un premier rapport de la police indique que le Père Rivas a été retrouvé au matin du 20 septembre dans son habitation, pieds et mains liés, avec un sachet sur la tête, sachet qui en a provoqué l’étouffement. Le meurtre est intervenu probablement entre le 18 et le 19 septembre. Parmi les objets de valeurs ayant disparu se trouve également sa voiture.
Selon la note envoyée à l’Agence Fides, la Messe des obsèques a été présidée par le Vicaire général du Diocèse, Mgr Juan Ruiz, qui a demandé aux autorités de faire leur devoir et d’établir les circonstances dans lesquelles le Père Rias a été tué. « Nous avons tous besoin de prier pour les prêtres et également afin que Dieu porte au repentir ceux qui tuent des personnes innocentes. Ils ne pourront échapper à la justice divine » a-t-il déclaré durant la Messe. Les fidèles ont témoigné de l’enthousiasme et de la joie qui caractérisaient le Père Rivas.
Le porte-parole du Diocèse de Culiacán, le Père Esteban Robles, a souligné que ce qui est arrivé est le reflet évident de la violence qui sévit dans l’Etat. « Cet événement est réprouvable non seulement parce qu’il s’agit d’un prêtre mais également parce que l’on parle d’une personne qui se trouvait chez elle. Désormais, un citoyen ne peut plus se considérer en sûreté même chez lui » a déclaré le Père Robles, mettant en évidence le fait que « l’Eglise vit dans la société et c’est pourquoi elle subit elle aussi des attaques criminelles alors que sa seule mission est de rechercher le bien, la paix et d’aider les personnes à connaître Dieu ». Même la Cathédrale de Culiacán a subi des actes de vandalisme (voir Fides 05/05/2012). (CE) (Agence Fides 25/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network