AMERIQUE/BRESIL - VII° Rencontre sur la migration et le trafic d’êtres humains : absence d’adhésion du Brésil à la Convention internationale relative à la protection des migrants

vendredi, 21 septembre 2012

Sao Paolo (Agence Fides) – Aujourd’hui, 21 septembre, s’achève la VII° Rencontre internationale sur la migration et le trafic d’êtres humains en Amérique latine qui a eu lieu à Sao Paolo, au Brésil. L’événement, qui a débuté le 19 septembre, a traité des thèmes fondamentaux tels que « les politiques migratoires au Brésil et en Amérique latine : prévention du trafic d’être humains » et « Le rôle du législateur face au trafic d’êtres humains au Brésil et en Amérique latine ». D’autres thèmes de discussion ont été : « La surveillance des politiques adoptées contre le trafic d’êtres humains au Brésil et en Amérique latine » et « Expériences latino-américaines dans le domaine de la migration et du trafic d’êtres humains ».
La note envoyée à l’Agence Fides par ADITAL indique que, traitant la question des politiques migratoires au Brésil, Sœur Rosita Milesi, MSCS, Directrice de l’Institut des Migrations et des Droits humains, a remarqué que, dans le cas du Brésil, il existe un clivage entre ce qui est fait et ce qui est dit dans les domaines de la migration et du trafic d’êtres humains. « Il existe un décrochement entre le désir et l’efficacité. La preuve en est que le Brésil n’a pas encore ratifié la Convention internationale relative à la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles pas plus qu’il n’a mis à jour sa loi sur l’immigration. Nous sommes bien loin d’atteindre l’efficacité en matière de sauvegarde des droits humains des migrants. Aujourd’hui, il existe de nombreuses discussions. Le débat est important mais nous avons besoin d’actions concrètes » a-t-elle souligné.
Pour Dimitri Sales, Avocat et vice-président de l’Institut latino-américain pour la Promotion et la Défense des Droits humains (ILADH), qui a parrainé l’événement, « il est très important d’insérer la question de la migration, spécialement en Amérique latine, de manière à ce que le thème ait plus de visibilité et que l’on parvienne à bien connaître cette réalité de façon à savoir quelle direction prendre dans notre travail à cet égard ». Sales a souligné que, dans peu de temps, le Brésil sera au centre de différents événements mondiaux, comme le Championnat du Monde de Football en 2014 et les Jeux olympiques en 2016. « Il faut donc être prêts à protéger l’intégrité des personnes et à garantir que leurs droits ne soient pas violés, sachant que nous devons protéger surtout les personnes les plus vulnérables ». (CE) (Agence Fides 21/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network