ASIE/PAKISTAN - Film sur Mahomet : coups de feu contre la Cathédrale, un chrétien blessé à Hyderabad

mardi, 18 septembre 2012

Hyderabad (Agence Fides) – Tension et peur règnent parmi les chrétiens d’Hyderabad, ville de la province du Sindh, dans le sud du Pakistan. Des manifestations de protestation rageuses suite à la diffusion du film sur Mahomet, « l’innocence des musulmans », se poursuivent depuis trois jours et ont pris pour cible, à charge de revanche, des édifices et des institutions chrétiens. Ainsi que l’indique à Fides le Père Samson Shukardin OFM, Vicaire général du Diocèse et Directeur de la Commission diocésaine Justice et Paix, « la situation est tendue et il existe une forte préoccupation et peur parmi les chrétiens. Aujourd’hui est prévue une autre manifestation. Les radicaux disent qu’ils ne s’arrêteront pas tant que le film ne sera pas interdit d’Internet et les auteurs punis ».
Dans l’après-midi du Dimanche 16 septembre, plus de 8.000 musulmans radicaux sont descendus dans la rue en criant des slogans anti-chrétiens, brûlant des croix, cherchant à attaquer des instituts chrétiens. La foule s’est approchée de la Cathédrale catholique de Saint François Xavier, lançant des pierres et brisant les vitraux de l’église, protégée par une enceinte. Des coups de feu ont été tirés en direction du portail fermé de la Cathédrale depuis les étages supérieurs d’un certain nombre de maisons voisines. Les fidèles n’ont pas pu se rendre à la Messe de 18h00. Une religieuse et son chauffeur, le laïc catholique Amir Masih, qui entendaient entrer en voiture dans le complexe, ont été arrêtés, menacés et bousculés. La religieuse était terrorisée et, dans le désordre, le chauffeur a été blessé par balle à une jambe et se trouve maintenant à l’hôpital.
« Et pourtant, l’ensemble des responsables et des fidèles des minorités religieuses, y compris l’Evêque d’Hyderabad, S.Exc. Mgr Max John Rodrigues, ont participé à une manifestation de solidarité envers les musulmans au centre ville afin de condamner le film blasphématoire » remarque le Père Shukardin. « Les radicaux – explique-t-il – identifient l’Amérique comme chrétienne et s’en prennent à nous, petite minorité dans le pays ».
Au cours de la journée d’hier, 17 septembre, une manifestation de protestation a cherché à forcer les grilles de l’hôpital catholique Sainte Elisabeth, centre d’excellence de la ville. « Mais un fort groupe de jeunes, chrétiens et musulmans, a empêché que cela n’advienne, défendant ainsi l’hôpital » raconte à Fides de manière préoccupée le laïc catholique James Francis, administrateur de la structure. « La police a déployé deux patrouilles d’agents dans les environs de l’hôpital et de nombreux habitants nous ont défendu – indique Francis – empêchant ainsi qu’il soit violé et saccagé. La situation est maintenant normalisée grâce à la responsabilité de la police et des institutions » affirme l’administrateur. (PA) (Agence Fides 18/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network